Moïse l’Egyptien

P1410807-001

Le mot « relativité », prononcé par quiconque se pique de sciences, nous dit – à presque tous – quelques choses. Le mot est lâché que déjà nous voyons surgir Albert Einstein. Générale ou restreinte, elle évoque bien plus qu’elle n’inspire. Mais, sans s’aventurer dans les méandres de la physique quantique, force est de constater que, pour le commun des mortels, le « relatif » est universel.

Tout est relatif. Rien ne se suffit à lui-même. L’Histoire n’échappe pas à la règle. D’indénombrables histoires et historiettes constituent les atomes de l’Histoire de l’Humanité. L’Histoire est une science empreinte d’humanité. De subjectivité. Le moindre adjectif fait de l’Histoire, un roman. Le moindre qualificatif, un jugement. L’historien peut-il se faire romancier ou juge ? L’Histoire peut-elle être intéressante pour le commun des mortels sans ces deux dérives ?

Le livre de Jan Assman, « Moïse l’Egyptien », nous ouvre les yeux sur les relativités de l’Histoire. A partir du nom d’un homme dont personne, à ma connaissance, n’a prouvé l’existence, Jan Assman consultent « les images » qu’ont dessinées des hommes depuis des lustres. Il définit son travail comme « une ligne culturelle du souvenir » où se succèdent Akhenaton, Manéthon, Maimonide, John Spencer, Baruch Spinoza, Friedrich Schiller, Sigmund Freud…et d’autres.

Assman ne porte pas – ou très peu – de jugements sur « les histoires concernant Moïse », mais les aligne en lecture synoptique pour une exégèse comparative étayée de peu de faits historiques mais analysé sur le « travail » de la mémoire, de l’incubation, de l’évolution et de la transmission aux seins de récepteurs de cultures et de sensibilités différentes.

Moïse est convoqué au tribunal de l’Histoire, mais chacun des avocats semble défendre un homme différent, façonné à l’aune du temps, des mémoires, des idéologies, des croyances, des intentions de fixation ou de réformation.

Au milieu des années 70, j’avais abordé la « Théorie de la Horde Sauvage » de Freud et ne me souviens pas si la figure de Moïse y affleurait. Ma lecture était, à l’époque, « psychanalytique ». Replacé dans le cadre mosaïque, une nouvelle vision éclaire différemment ce mythe freudien.

Pourquoi donc, au XXIème siècle, s’intéresser à Moïse ?

La lecture de « Moïse l’Egyptien » m’a permis de reconsidérer les jugements que je porte sur mes contemporains. Mon regard sur les attitudes éthiques, morales, philosophique…Plus simplement, la vision que je me faisais de l’attitude des hommes envers les hommes a évolué, a trouvé des explications toutes relatives, certes, mais sensiblement différentes à celles qui, auparavant, formait un fond à ma réflexion. Comme tout œuvre ou analyse, le texte de « Moïse l’Egyptien » n’apporte pas de « vérité-révélée », mais du carburant et un recul certain au moteur de mes analyses.

J’ai parmi mes « contacts », des Juifs-Israéliens et des Palestiniens. Je les respecte les uns comme les autres. J’écoute, je lis les uns et les autres et dois avouer mon impuissance à démêler cet enchevêtrement de nœuds Gordiens. Devons-nous espérer l’épée d’un Alexandre qui soignerait la force par encore plus de force ? Ou une moderne Pénélope qui détisserait, jour après jour, la trame de l’histoire jusqu’au retour d’un hypothétique Ulysse ? Chacun des avocats de Moïse évoqués plus-haut allume pour moi un éclairage nouveau.  Pas la solution.

A cette lecture, chacun trouvera du grain à moudre… L’athée comme le croyant y trouveront arguments pour défendre ou attaquer les forteresses des uns et des autres. L’amateur d’Histoire ou tout un chacun y trouvera matière à « prudence ». Prudence à dire. Prudence à contredire.

Ce qui vaut pour l’Histoire vaut pour le présent. Fi de la prudence et de la vérité. Les réseaux sociaux font de nous des juges impitoyables. Les analyses sont écartées, ignorées. Les préjugés font la loi. Qu’importe la vérité, si l’information conforte mes idées, mes haines. L’incitation à la haine envahit nos médias bien plus efficacement que l’incitation à « faire le bien ». Un témoignage de haine enflera d’un écran à l’autre avec d’autant plus de facilité qu’il s’autoalimente par les peurs et refoulements de tous. La diffusion « du bien, du bon, du beau » nécessite une prise de conscience, une prise de décision, un passage à l’acte. Un simple clic est dérisoire.

Mais cela n’est pas « une autre histoire ». C’est notre devoir du quotidien…

Etienne Lallement – 13 août 2018 –

Jan Assman « Moïse l’Egyptien » – Champs-FlammarionJan Assman « Moïse l’Egyptien » – Champs-Flammarion

P1410804

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Réflexions…Interrogations…

P1400660-002

Est-ce une utopie de vouloir ne pas être esclave?

Les événements de notre vie nous font réagir…ou non. Nos critiques fusent plus rapides et plus vigoureuses que ne le font nos louanges ou plus simplement nos satisfecit. Et que dire de nos réactions en actes trop souvent inexistantes?

Jeudi 21 juin 2018. Je tombe d’une échelle. Direction les urgences du Centre Hospitalier Universitaire de La Martinique. Plus précisément, l’hôpital Zobda-Quitman. Le service est flambant neuf dans une aile récemment construite.

Quelques rares personnes attendent dans le hall de réception. Une affiche annonce que « Suite à l’absence de personnel de RADIOLOGIE, seul les examens en urgences seront réalisés. ». Déjà il m’est demandé de remplir le document d’admission, puis mon nom est appelé dans la foulée pour pénétrer dans « le soin des soins ». Trois personnes attendent. Elles seront absorbées par le service, le temps qu’un aimable aide-soignant ou infirmier me prenne tension et température, puis palpe ma cuisse contusionnée dans la chute. Aussitôt fait, je suis dirigé vers la radiologie ou je stagne, seul, à peine dix minutes. Dans mon cheminement, je croise une banderole proclamant la grève d’une partie du personnel de ce service. De retour dans la salle d’admission que déjà une interne m’emmène dans un bureau pour me parler de mon état après lecture des clichés. Elle invite son « patron » à confirmer son diagnostic. Il lâche un laconique : « ça a pété ! » – il parle de mon trapèze – et demande à ce que je sois dirigé vers le service « SOS Mains ».

Même enceinte. Autre monde. Situé dans l’ancien bâtiment… le délabrement du lieu interpelle. Le service affiche sur sa porte ses honorables classements depuis des années attribués par le magasine « Le Point ». Cela rassure.

Une personne mordue par un chien à la main me double sur la ligne d’arrivée chronologique. Pour la première fois depuis mon arrivée, il m’est demandé de patienter. Je le fais de bonne-grâce pendant une petite heure. Puis vient mon tour. Trois personnes, des plus aimables, s’occupent de moi et l’une d’entre elles demande, par téléphone, une confirmation des soins à apporter à mon vieil os brisé. L’intervention la plus longue fut l’extraction de mon alliance de mon doigt gonflé. Deux d’entre mes soignantes se souviennent d’une technique employée par des collègues absents. Et voilà que chacune, l’une après l’autre, me spirale un lien de sac poubelle autour de l’annulaire, enchevêtre et mon doigt et mon alliance et tire sur le lien qui ne cède en rien. L’une d’elle sort d’un sac stérile une respectable pince que l’on penserait plutôt trouver dans une trousse de plombier plutôt qu’ici… Heureusement, elle renonce à son entreprise de cisaillement et préfère opter pour un bidon de savon liquide. Et c’est aux cris répétés de parturition proche de la délivrance – « ça vient ! ça vient ! » – que la saponine onction me délivre enfin du lien conjugal ! J’étais à un doigt de sortir de l’hôpital plus amoché qu’à l’entrée. Une inqiétude amusée quelquefois, mais le tout s’est déroulé dans la joie et la bonne humeur.

Avant de quitter l’enceinte hospitalière, j’hasarde une question auprès d’un membre du personnel : « J’avais été admis aux urgences, il y a un peu plus d’un an et à cette époque le service était saturé. Pour une admission à vingt heures trente, j’avais quitté le service à plus de quatre heures, le lendemain matin… pour un simple saignement de nez ! »… La réponse me stupéfie : « C’est toujours aussi saturé, mais aujourd’hui, il y a match ! ». Mon interlocuteur ne semble pas plaisanter. En effet, mon admission a été effectuée pendant le match de poule éliminatoire de la Coupe du Monde de Football : l’équipe de France affrontait le Pérou !

Première interrogation : comment un simple match de foot peut désengorger un service d’urgence ? L’activité des humains suspend son vol. Plus d’accidents domestiques ? Plus d’accidents du travail ? Les bobos peuvent attendre : « Y-a pas l’feu ! ».  Les accidents peuvent-ils être « à effets retardés » ? Je me pose la question: la solution aux problèmes des services d’urgence n’est-il pas plutôt chez les patients qu’au sein de l’hôpital ?

Deuxième interrogation : Il m’a été prescrit 80 gélules de paracétamol et 32 gélules de paracétamol  renforcées de codéine ,  » si la douleur devenait insupportable!« . Quel est, désormais, l’attitude des « occidentaux » face à la douleur ? Il faut bannir la douleur. A tout prix. A tout coût de médicament. L’être humain naît avec un capital de résistance face à la douleur. Enrayer la douleur dès son apparition, avant même son apparition, ne nous rend-il pas plus fragile ? Moins résistant ? Celui qui détient la clef de notre douleur ne sera-t-il pas, demain, notre maître ?

Certains craignent les pays « pauvres » et les flux migratoires. Ceux-ci nous sont déjà supérieurs par leur résistance à la misère, à la guerre, aux épreuves de toutes sortes…à la souffrance. Ces peuples ont gagné leurs « résistances » dans des combats quotidiens. Que pesons-nous, nous élevés dans une civilisation « anesthésiante » repoussant par des artifices et des chimies, nos  maux devenus insupportables. Même les plus modestes!  Nous sommes devenus la nouvelle « race » des esclaves : les plus résistants deviendront les maîtres. Deviendront nos maîtres. Notre défense est la grogne, la vindicte et le transfert de nos propres responsabilités, dernières armes de pseudo-révolutionnaires refoulés.

Choisissons nous réellement nos chaînes? Est-ce une utopie de vouloir ne pas être esclave?

Ne sous-estimons rien des moindres aléas de la vie. Un petit os brisé…

Etienne Lallement –  12 juillet 2018

photo: mémorial de l' »Anse Caffard » – Le Diamant – la Martinique

Sans gloire…et pourtant…

P1370958-001

Ceux-là ne sont pas ceux-ci : ni Hallyday, ni d’Ormesson, ni Depardieu, ni Macron, ni Trump, ni Miss France ou Monde, ni Mélanchon, ni Lepen père, fille ou nièce, ni même François pape, ni Finkielkraut, ni Ricard, Ni Lenoir… Ils ne sont ni, ni, ni, ni…*

Mais ils sont !

Ceux-là sont parmi nous… et nous ne les connaissons pas, ces petits, ces sans-grades, ces sans-couverture-médiatique, qui œuvrent dans le silence, la discrétion. L’humilité.

Terriblement efficaces !

Pour ceux-ci, les vedettes, les idoles, les « unes », nous élevons, des temples, des autels, des tabernacles. Gare à l’idole qui redescend sur terre !  Il ne nous est permis de les adorer que du parvis des « gentils ». Il nous faut porter notre écot à la construction des mythes : pour pouvoir rêver, il faut savoir, pouvoir payer. Sacrifices. Il nous faut des rêves et des boucs-émissaires pour oublier nos propres incompétences souvent supposées et transférer le poids de nos propres peurs. Pour assouvir nos colères, filles de notre impuissance.

Ceux-là rêvent aussi. Cela connaissent aussi la peur. Mais, chez eux, pas de paralysie.

De l’action !

Heureusement ceux-là sont nombreux. Insuffisants, mais nombreux. Et l’espoir vient de ce nombre et de leurs convictions.

Ils œuvrent dans le silence, car c’est dans leur nature. Ils œuvrent dans la discrétion pour ne pas déranger les aveugles-voyants qui ne veulent pas voir. Ceux qui ont mille autres choses à faire… « enfin, on ne peut quand même pas porter toute la misère du monde ! », « mais que fait le gouvernement, j’ai voté pour que ces problèmes soient résolus », « mais que fait le dieu que je prie tous les jours pour le monde qu’il a créé ? »…

« Je râle donc j’existe. Être spectateur-détracteur est ma manière de vivre. ».

Inaction !

« Bla, bla, bla… » et à force de discours, toujours plus de discours, le monde s’enferre, s’englue dans le mensonge, l’hypocrisie, l’ignorance, le fanatisme et la paupérisation.

Pour ceux-là, pas de ségrégation, ni d’ostracisme, ni de rancunes, ni, ni, ni…

Mais ils sont. Efficaces pour tous !

Ils agissent pour les autres, pour eux. Et pour ceux qui ne font rien, ou si peu, que des actes insignifiants mais « déculpabilisant » pour les spectateurs de la vie.

Ceux-là méritent notre respect et notre considération. Pas notre condescendance. Pas notre récupération et notre utilisation de leurs actes en parures démagogico-médiatiques.

Ils veilleront, travailleront le jour, la nuit de Noël, la nuit du Réveillon, tous les jours fériés et par eux nos journées et nos nuits seront plus sûres. Plus belles.

« Les anges d’aujourd’hui sont ceux qui s’intéressent aux autres avant de s’intéresser à eux-mêmes. »

Etienne Lallement –

Réflexion en flânant parmi les stands lors d’une course pour la sensibilisation aux problèmes causés par la maladie d’Alzheimer dans la commune du Robert, île de La Martinique. Si je me suis arrêté, entre-autres, au stand des « Ailes des Anges », mon analyse ne s’arrête pas aux seules associations présentes ce soir-là, mais à toutes celles dont la vocation est « le service désintéressé aux autres ».
  • Le choix de noms est sans parti-pris, piochés sur les couvertures des revues, livres et journaux jonchant ma table de salon.

Liens:

Les Ailes des Anges

France Alzheimer