RENAULT: UN 4ème VÉHICULE POUR L’USINE DE TANGER?

l’Economiste
IL S’AGIRAIT D’UN VÉHICULE À TRÈS BAS PRIX ADAPTÉ AU MARCHÉ EUROPÉEN
RIEN N’EST ENCORE DÉCIDÉ CONCERNANT SA COMMERCIALISATION EN EUROPE, SELON RENAULT
TANGER DISPOSE DE DEUX AVANTAGES INDÉNIABLES EN SA FAVEUR: PROXIMITÉ ET COÛTS SERRÉS
    
Renault: Un 4e véhicule pour l’usine de Tanger?

A l’instar de l’usine de Chennai en Inde, celle de Melloussa pourrait bientôt abriter la fabrication du modèle ultra low-cost de l’Alliance. Ce 4e véhicule s’ajouterait au trois premiers modèles qui sortent des chaînes de Renault Tanger, à savoir Lodgy, Dokker et Sandero

Les médias français carburent depuis lundi dernier au sujet de Renault. Les Echos ont été les premiers à vendre la mèche: l’usine de Renault à Tanger pourrait accueillir la production d’un quatrième véhicule. Il s’agirait d’une automobile à très bas coût, calquée sur les véhicules ‘ultra low cost’ que le constructeur devrait lancer dans certains pays émergents. Ces véhicules devraient être vendus autour de 3.500 euros (environ 40.000 dirhams) et ils seraient produits en Inde à l’usine de Chennai, (voir notre édition n° 4210 du 11 février 2014). Selon le quotidien français, une déclinaison européenne de ces modèles aurait été envisagée avec un surcoût dû à l’adaptation aux normes du Vieux continent pour atteindre la barre des 5.000 euros. Pour ce futur modèle européen, une production en Europe est impensable et c’est tout naturellement l’usine de Tanger qui serait la candidate idéale pour sa production.
Renault ne confirme ni infirme ce qu’il considère comme étant une rumeur. Mais il ne manque pas de rappeler que l’Alliance Renault-Nissan accélère le développement d’un nouveau programme de véhicule, développé sur une plateforme commune nommée CMF-A en interne. La mutualisation de la plateforme serait en effet l’une des clés de l’abaissement des coûts et du prix final serré de ce futur véhicule, mais «la priorité pour celui-ci est de répondre à une demande existante dans les pays émergents», rappelle M’Hamed Tazi, directeur de la communication du groupe Renault Maroc. Pour le constructeur, tant que la décision de la commercialisation en Europe n’a pas encore été prise, (elle devrait l’être selon Les Echos début 2015), le choix de sa fabrication lui aussi reste à décider. «La priorité est de réussir l’industrialisation à Chennai et le lancement en Inde l’an prochain puis, dans un second temps, l’industrialisation et le lancement en Amérique latine», précise-t-on auprès de Renault Maroc. Si le groupe opte pour le lancement de son futur ‘ultra low cost’ en Europe, ce n’est pas pour autant gagné. L’usine marocaine est obligée de montrer de quoi elle est capable. «Tanger devrait se positionner comme toute autre usine de l’Alliance, pour défendre ses chances pour l’industrialisation de ce produit sur ses chaînes», fait observer Tazi. En effet, avant le lancement de tout projet de fabrication, c’est une véritable concurrence que se livrent les différents sites de production et c’est le mieux placé qui remporte les commandes. D’autres sites de l’Alliance comme l’usine de Nissan à Barcelone pourraient aussi rafler la production.
Mais Tanger dispose de sérieux atouts concurrentiels car elle combine à la fois des coûts bas comparés à l’Europe avec un argument imbattable, la proximité avec le Vieux continent.
En tout cas, Renault Tanger semble se préparer. L’usine a déjà annoncé une nouvelle fournée à l’embauche. Il est prévu que les chaînes de Renault à Melloussa accueillent 400 nouveaux opérateurs, l’année prochaine. Les chaînes de fabrication devront elles aussi être dopées avec une capacité portée de 23 à 30 véhicules par heure pour produire trois modèles: l’utilitaire Dokker, la Lodgy et la Sandero.

Des véhicules à très bas prix pour les pays émergents

C’est avec une série de véhicules à prix encore plus serrés que Renault entend faire revivre l’aura gagnée avec la Logan en son temps. Il s’agit d’un SUV, de deux berlines et d’un véhicule à sept places, basés sur une plateforme unifiée avec Nissan baptisée CMF-A afin de réduire encore le coût final. Le projet avait été annoncé en début d’année et ce n’est que maintenant qu’il semble se matérialiser sur le terrain.
Selon les informations rapportées par la presse française, il s’agirait de véhicules appartenant à la gamme des moins de 4 mètres. Ils devraient viser les marchés émergents en Asie comme l’Inde dans une première étape pour étendre leur commercialisation en Amérique latine ultérieurement.

Ali ABJIOU

– See more at: http://www.leconomiste.com/article/963099-renault-un-4e-vehicule-pour-l-usine-de-tanger#sthash.9FujvOFE.dpuf