Voici venue l’heure du dédouanement…

P1370933-001

L’eau, la terre, l’air, le feu, la nature et l’être humain

Vœux pour 2018

Nous allons nous précipiter dans les quelques semaines qui suivent pour gratifier tout un chacun de la formule traditionnelle, superstitieuse, anti-culpabilisatrice et salutaire : « Bonne Année ! Bonne Santé ».

Et pourquoi pas « sincères condoléances » pour l’année 2016 trop tôt disparue ?

Et puis…

Et puis chacun de nous retourne cultiver son pré carré.  Nous oublierons, rapidement, la plupart des personnes gratifiées en quelques secondes à peine, de notre lapidaire et un poil hypocrite : « Bonne Année ! Bonne Santé ! ».

Et si cela nous engageait ? Et si cela devenait un serment : « Je m’engage à faire en sorte que, pour toi à qui je m’adresse, l’année 2018 soit une Heureuse et Bonne Année ! ».

De ce fait, les destinataires de nos bons vœux seraient beaucoup moins nombreux…Nous avons tellement de choses à faire ! Les vœux, formule de politesse, donnent du plaisir à qui les reçoit…Soit !

Et si nous allions un peu plus loin que le bout de nos vœux ? Faire franchir la frontière qui sépare le plaisir du bonheur.

Si chacun fait à chacun « un peu », même « un petit peu », le destinataire sera comblé de beaucoup de « petit peu » ! Le « Bonheur » n’est pas un fait unique, mais la multiplication de petits bonheurs. Celui qui donne s’octroie déjà à lui-même du bonheur. Alors pourquoi hésiter ?

Mais sachons accepter le don sans retour ! Ne faisons pas de nos relations humaines des échanges mercantiles, même si « c’est moi que j’aime à travers toi *» comme distillait la chanson de ma jeunesse.

N’exigeons de personne qu’il soit à l’image que nous rêvons de lui. Sachons accepter l’autre dans toutes ses différences. Soyons plus que tolérants. Soyons respectueux et attentifs à ce qui nous différencie : l’école des hommes est le regard qu’il porte sur l’autre autant que sur lui-même, non pour la critique et le jugement « condamnant », mais comme combustible au moteur de sa propre existence.

Il est une autre condition au bonheur : « savoir demander ». Combien de fois dans notre quotidien sommes-nous à deux doigts d’un quelconque bonheur…Il nous manque si peu. Alors, il nous faut savoir solliciter, celui qui ne voit pas, celui qui ne soupçonne pas notre besoin. Humilité ! La demande n’est pas facile : la fierté, la peur du refus, la peur de déranger… Il faut oser. Ici pas question de charité, mais d’échange de plaisir. Echange de bonheur. Il est autant de bonheur à donner que recevoir.

Alors, vous l’avez compris, Béatrice et Etienne Lallement ne vous souhaitent que du bonheur… et si nous y pouvons quelque-chose, aussi peu soit-il…

Frappez et nous vous ouvrirons

Que 2018 soit une année de respect mutuel et de Paix.

*« C’est moi que j’aime à travers vous… »

D’Ormesson, Hallyday….

P1370458-001

Angoisse et goutte d’huile !

Que de bruit. La mort fait du bruit ou plutôt le cause.
Dans l’espace de vingt-quatre heures deux hommes cessent de vivre et la vie de beaucoup est bouleversée. Chacun s’exprime, en folliculaire se transforme, pour parler d’êtres qu’il n’a pas connus. En effet, il n’en connait que des images fabriquées dans les chaudrons bouillonnants des médias et jamais tamisées, à quelque niveau que ce soit, d’un quelconque esprit critique. De quelconques propositions divergentes pour ajuster son jugement.

Et même : dans les gardes rapprochées, ami ou ennemi peuvent-il, déjà, être objectifs ?

Mais en fait, le fidèle-adorateur ou l’iconoclaste ne recherche pas la pluralité des opinions. Il lui est servi le film de son rêve, le voile de ses illusions, et il refuse toute atteinte au scénario.

En fait, l’humain fabrique ce qu’il veut croire et s’y accroche comme un naufragé au radeau de la Méduse. Là est le frêle esquif de sa survie, de son espoir. L’être a besoin de certitudes comme autant d’étais à la charpente de ses fragiles convictions. Et gare à celui qui sèmera le doute et l’angoisse.

Il dresse, pour ses besoins, sa vie durant, des autels à des idoles qu’il a lui-même engendrées. Combien de croyants religieux de tout courant, d’incrédules, combien d’anticléricaux, combien d’athées sincères sont devenus « idolâtres » en contradiction de leurs propres affirmations ou négations.

A ces idoles, l’humain transfère son ego. Il vit par procuration. Il cultive son opium. Il rêve sa vie. La vie dont il ne sait pas tirer la quintessence. Personne ne lui a jamais appris, car il fallait faire bien d’autres choses de sa vie.

« Jean d’Ormesson possédait le talent et l’esprit qui me faisait défaut. » n’avoue pas l’un.

« Johnny Hallyday menait la vie de paillettes dont je rêvais et rêve encore. » avoue l’autre des étoiles plein les yeux.

Chacun est dans l’erreur, dans l’erreur commune, de croire que « certains » sont plus indispensables que d’autres.

Le plus humble d’entre nous a une responsabilité majeure dans l’existence, un rôle à « accomplir », une mission à « jouer » tout aussi importante que ceux qui crèvent l’écran. Personne ne nous en persuade. Tous sont dans le doute et la culpabilité refoulée. Convaincre serait humilier.

De temps en temps, une serrure a besoin pour bien fonctionner d’une simple et minuscule goutte d’huile. Sans huile, l’oxydation s’installe et bientôt l’huis le plus lourd est condamné. Qui se soucis de l’huile en regardant la porte s’ouvrir et se fermer.

Sachons, humblement mais fièrement, être des gouttes d’huiles pour permettre l’ouverture en grand et sans grincement des portes dans la vie. Invisibles mais indispensables. Sachons être mille choses encore…

Mais sachons « ETRE ».

Et comme disait Monsieur de La Fontaine trop vite écarté de notre éducation :

« Il faut, autant qu’on peut, obliger tout le monde : 
On a souvent besoin d’un plus petit que soi.
 »

 

…et s’il me faut être goutte d’huile, que je sois efficace dans ma mission : une huile essentielle.

Et que, grâce à nous, s’ouvrent les portes !

Etienne Lallement

8 décembre 2017

 

 

 

A Jean-Philippe Thoze

 

 

Une ouvrière de Jean-Philippe Thoze

Jardin de Balata –

A Jean-Philippe Thoze.

Tu as coulé des lacs agités de couleurs sur la pente des mornes,

Brossé de vivantes ondulations

Comme autant de vagues pour rejoindre la mer,

Et s’y fondre.

Comme autant de sursauts pour rejoindre le ciel,

Et s’y fondre.

S’y confondre et s’y distinguer.

Tu as creusé le ciel du jardin de tes rêves

Tu travaillais pour le ciel,

Aidais le doigt du créateur à parachever son œuvre.

Tu as porté ici-bas la table de nature, ici-bas la table, l’autel des résurrections.

Que les cyclones s’écartent de ta terre tombale !

A peine expires tu que déjà tu Respires

Tu deviens, par-delà l’au-delà, l’esprit gardien des jardins de ta cathédrale.

La nature exhalera l’encens de ses dévotions vers toi qui l’a tant aimée,

Tant adorée.

Alors que nous pleurons, le chant crépusculaire des hamadryades célèbre par son souffle ta venue.

Elles écarteront les chérubins et leur épée,

Ouvriront pour toi, en grand, les portes d’Eden.

Là-haut, un travail à ta mesure et tes rêves t’attend.

De tes doigts,

Ici-bas, fais couler sur la pente des mornes un peu des essences éternelles

Qui désormais se plient à ta loi.

 

Le Paradis est une œuvre inachevée : pour toi, le travail est éternel.


Etienne Lallement

5 décembre 2017