Education en Inde : peut mieux faire…

Un peu long, mais mérite d’être lu dans son intégralité. Que les cassandres de l’éducation française pleurent moins et que chacun se souvienne des sages paroles de Michelet: « Quelle est la première partie de là politique ? L’éducation. La seconde ? L’éducation. Et la troisième ? L’éducation.

ACTU INDE

L'Inde consacre bien moins de fonds pour l’éducation que les autres pays de l’OCDE - environ 3,7-3,8% du PIB national L’Inde consacre bien moins de fonds pour l’éducation que les autres pays de l’OCDE – environ 3,7-3,8% du PIB national

Le nombre d’enfants en Inde ayant besoin d’être scolarisés dans le primaire ou le secondaire est à lui-seul plus important que l’ensemble de la population de l’Union européenne. Mais parmi les nombreux défis auxquels le pays doit faire face, l’éducation est l’un des plus difficiles. Y compris dans l’enseignement supérieur.

En juillet 2014, alors que débute l’année scolaire pour les étudiants indiens, quelques instituts réputés de New Delhi ont défini leur note de passage à 100%. C’est-à-dire qu’ils n’acceptent pas les élèves n’ayant pas eu les notes maximales au baccalauréat. Ils ont ainsi laissé de côté des centaines d’élèves ayant eu des notes avoisinant 100% – un excellent résultat partout ailleurs dans le monde – les obligeant à chercher désespérément d’autres options pour être admis dans une école décente…

View original post 1 882 mots de plus

VALAIKAPPU

Nous nous sommes pliés avec grâce au rituel de Valaikappu

Nous nous sommes pliés avec grâce au rituel de Valaikappu

Suresh avait insisté pour que nous venions participer à Valaikappu.Son épouse est enceinte de 7 mois de leur premier enfant et cette cérémonie est d’une importance capitale pour le jeune couple.

En effet, cette cérémonie est réputée porter chance à la femme enceinte ainsi qu’à son bébé.

Dès notre arrivée, le futur papa nous offre le petit-déjeuner à l’Indienne, puis tout le monde monte sur le toit terrasse. La future maman est assise sur une cathèdre  et tous l’entourent. On dépose à ses pieds des présents composés de corbeilles de fruits, de friandises ou de boissons. La cérémonie n’est menée que par des femmes. Celles-ci, chacune leur tour, vont imprimer sur le front de l’épouse le bindu de kum-kum, bénir d’un imposition des mains ou d’une aspersion de riz. Ensuite, elle passe à chacun des bras un bracelet de verre coloré. Ces bracelets vont tintinnabuler aux avants-bras jusqu’à accouchement à chaque geste de la mère. La coutume veut que cette musique cristalline éloigne les démons de la future mère et de son enfant. Cela permettra, aussi, à se dernier de percevoir in utero chaque mouvement de la femme qui le porte. Le papa de la future mère lui passe deux bracelets en or. Seule la bénédiction par le riz est permise aux quelques hommes présents: je ne m’en prive pas.

La cérémonie achevée, le repas de fête est servi à tous. Il est essentiellement composé de 9 riz différents ou plutôt de 9 préparations à base de riz aux épices variés déposés sur une feuille de bananier.

Chacun étant rassasié, la future maman fatiguée, son mari rassuré, tous, ayant reçu un cadeau, reprennent le cours de leurs activités habituelles.