Soyons Rebelles, certes, mais Bâtisseurs !

P1330485-001

Suffirait-il à 60 millions de Français de dire qu’ils sont contre le cancer pour l’éradiquer ?

Certainement pas.

Pour le « Front National » et ses idées dont il n’est pas le seul ferment, ni le seul exploitant, c’est la même chose. Rien de sert de geindre. Les lamentations alimentent les idées combattues, aggravent l’état d’esprit de tous. Parler et s’unir dans des concerts de bonnes intentions ne suffisent pas. Loin de là. Nous ne percevons que des symptômes et saupoudrons des remèdes de perlimpinpin. Le mal prolifère par la communication sous toutes ses formes, mais ne peut se soigner par les « blablas » et des alliances de carpes et de lapins.

Notre civilisation engendre ses démons lentement et certains voudraient les voir disparaître par miracle. Utopie !

Notre civilisation réveille ses démons lentement et se refuse pendant longtemps à regarder la réalité en face en détournant son nez des relents nauséeux. Elle refuse ses propres relents.

Notre civilisation cultive ses démons lentement, mais vit dans l’immédiateté et la culture des apparences.

Nous voulons tout et tout de suite : cette exigence est devenue le moteur essentiel de la politique.

Il serait temps d’instituer une réelle « instruction civique » : l’art de devenir un citoyen responsable. Un citoyen responsable dont nous respecterions le « Libre-arbitre » en écartant tout formatage liberticide. Il faut se faire une raison : le temps des peuples-soumis-aux-consignes a vécu. Désormais les convictions sont individuelles. Après l’autodétermination des peuples éclot l’autodétermination des êtres. L’individu se libère de la masse servile. Mais en a-t-il les compétences ?

La Liberté a un prix.

Osons allez plus loin. Sommes-nous à même de distinguer le « bien » du « mal ». Sommes-nous à même de combattre nos propres démons si ces derniers servent nos « petits » intérêts et notre jouissance immédiate. Nous avons bouté hors de notre éducation tout éducation religieuse qui distinguait pour nous « le bien » du « mal ». Soit. Être laïque, c’est bien, très bien, à condition de ne pas user d’un discours de « ni, ni », sans savoir construire une morale, une éthique. Mais morale et éthique ont souvent, trop souvent un ennemi commun : la loi.

Il faudra qu’un jour la raison reconnaisse les raisons du cœur. Que la raison et le cœur s’unissent en une même force. C’est la condition du bonheur.

Il nous faut prendre conscience que la tâche est longue et difficile. Mais nous bâtissons le Monde de nos enfants. Notre bonheur est celui de bâtir, d’entreprendre sans-espoir-de-retour, ne prenant que le bonheur immédiat de celui qui agit.

Soyons Rebelles, certes, mais Bâtisseur !

éTienne Lallement

4 mai 2017

P1320138-001Sachons trouver de l’eau pure sur les feuilles les plus noires: elle s’y voit mieux que partout ailleurs.

Petit garçon…

p1000956-001Petit garçon que nous ne connaîtrons pas, tu a pris une place immense dans notre vie. Pas une journée sans penser à toi et déjà t’aimer.

Nous pressentions tes cris. Nous entendions déjà tes rires. Nous imaginions tes sourires…

Et puis, tout s’arrête. Tu t’arrêtes.

Huit mois au « chœur » de ta mère auront-ils été inutiles? Tant d’espoir en vain?

Qu’importe ce que tu aurais pu être, ce que tu aurais été. Mais si brève qu’aie été ton existence, tu nous donnes une formidable leçon de vie.

Qu’est-ce que la vie?

Un mystère insondable. Une aventure que nous croyons maîtriser, mais qui reste notre maître. Nous rêvons d’être et devenir, mais déjà le destin nous rattrape. « Nous ne savons ni le jour, ni l’heure ». L’égalité face à la vie n’est qu’utopie. Nous prenons le temps de vivre, mais de vivre comment? Nous voulons ignorer que nous ne sommes que feuilles en automne et que le moindre zéphyr nous arrachera de la branche. De l’arbre.

Alors, petit garçon, redis nous de ne pas gaspiller notre vie. Répète par ton silence que nous sommes fragiles et n’avons pas de temps à perdre. Ressasse à nos esprits que l’être doit effacer le paraître. Qu’être n’est pas avoir.

Nous avons été ce que tu fus. Nous serons ce que tu es désormais. Tous!

Imprime en qui sait lire, une leçon de vie.

Désormais, tu fais partie de nous. A défaut de te voir naître, néanmoins, nous apprendrons à te connaître. Tu existes et nous t’aimons.

Etienne Lallement – 13 décembre 2016

désormais ce « petit garçon » possède un nom : « LUCAS »