L’Inde: le choc des civilisations

Comment l'Inde se sortira de ce combat de Titans?

Comment l’Inde se sortira de ce combat de Titans?

Ce ne sont pas quelques mois en Inde qui me permettent une analyse de la situation du pays. Aurais-je encore dix années de présence que je ne serais jamais qu’un observateur l’œil rivé du mauvais côté de la lorgnette. Néanmoins, je me risque d’apporter quelques réflexions à partir de cette photo qui me semble riche en symboles.

La photo : Nous sommes sur OMR, une double voie rapide de vingt-trois kilomètres coupant le sud de la région de Chennai en deux. Cette voies est destinée à la circulation des véhicules à moteur et est limitée – théoriquement – à 40 km/h. Des passerelles, réparties inégalement, permettent aux piétons de franchir la chaussée.

Regardez cette femme en habit traditionnels au centre de la photo. Elle traverse en remontant face au flot des véhicules. Arrivée sur le muret central qui sépare les deux voies, elle se retournera pour affronter la marée mécanique qui coule en contresens. Pour moi, cette femme symbolise l’Inde traditionnel confronté au XXIème siècle. Ce pays qui revendique 9000 ans d’existence  est confronté  à une lutte titanesque.  Regardant vers l’Occident avec envie, il met toute son énergie à copier le modèle qui lui semble porteur d’avenir. Mais à quel prix? Doit-il renoncer à sa Culture, à ses presque cent siècles de vie? Cette tradition, je la compare à cette vielle femme affrontant, à contresens, la circulation au péril de sa vie dans l’indifférence générale. Le jour de la prise de vue, elle a atteint son but. Mais en sera-t-il de même demain et après-demain? L’Inde doit-elle enterrer ce qui la bâtit, doit-elle renier ses fondations? Désormais, les hommes s’habillent à la mode européenne ou américaine. Personnellement, j’étonne les indigènes avec mes chemises indiennes. Désormais, les temples qui dominaient, il y a peu, leurs quartiers, sont écrasés par les tours de plus en plus nombreuses et imposantes des entreprises ou des logements collectifs. Le pays qui sera bientôt le plus peuplé au monde reniera-t-il ses dieux? Les pratiques religieuses y sont encore très vivantes, mais pour combien de temps? La loi de l’économie et des marchés va-t-elle balayer les lois divines dans ce pays champion de la tolérance des croyances et des idées?

Regardez cette moto sur la gauche: Sur la route, celui qui a la chance d’avoir une automobile est roi. Mais combien plus nombreux roulent en deux roues. La famille au complet se transporte en deux roues. Sur des engins en plus ou moins bonne santé mécanique, il n’est pas rare de voir des groupes de quatre personnes. Pour suivre le mouvement du progrès à tout prix, la prise de risques est maximale. On demande aux usagers de porter la casque. Les campagnes portent leurs fruits: on voit de plus en plus des conducteurs casqués, mais la femme assise derrière est uniquement protégé d’une tresse de fleurs dans les cheveux. Pour les enfants… rien.

Regardez ces jeunes sur la droite: Un jeune motocycliste est tombé en panne; Certains se sont arrêtés pour lui porter secours. Mais, ils ne se mettent pas à l’abri d’autre côté du muret: d’autres véhicules en tout genre y circulent et ils n’y seraient sans doute pas plus en sécurité. Conséquence des temps modernes, il faut toujours aller plus vite, au péril même de sa vie et de celle de sa famille et des autres. Il est vrai que l’Indien ne porte pas sur la vie, le même regard qu’un occidental.

L’Inde saura-t-elle conjuguer les richesses du passé et celles du présent pour composer un avenir qui modèlera l’Avenir de la Planète toute entière?

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Beautiful Lord Ganesha

les3elephants

Beautiful Lord Ganesha

Ganesha, the great obstacle remover. Always pray him when you start something in India.

It is very difficult to be an atheist in India…

Hindouism is very open, like all polytheist religions, every God is accepted and welcome to join the thousand other ones already partying in the vast hindu pantheon. But, having no god? No religion? That is very difficult to explain to most Indians.

So, i had to find something to express my spiritual convictions. Now, when i am open to discussion ( when i have no time or patience i just say I’m Christian, which everybody assume anyway) i tell people that my religion is Ancient Chinese Taoism.

After having extensively studied western philosophy, then virtually travelled through most of the world’s beliefs, religion, philosophies or other type of spirituality, Tao is the closest concept i found to express my understanding of the world.

And, as Tao…

Voir l’article original 6 mots de plus

Delhi: premier métro écologique au monde

ACTU INDE

Avec ses routes encombrées de voitures, de motos, de vélos, de camions, de rickshaws (tricycle) et même parfois d’éléphants, l’arrivée du métro à New Delhi a révolutionné les moyens de transports de la ville et transformé la vie de plusieurs millions d’Indiens.

Opérationnel depuis 2006, le métro de Delhi dessert 142 stations et circule sur 190 km, dans et autour de la capitale. Il possède 6 lignes, fait 2700 trajets quotidiens entre 6 et 23h et transporte près de 2,5 millions de passagers.

 Programmé en quatre phases, la Delhi Metro Rail Corporation vient d’enclencher sa troisième. Elle prévoit la pose de 120 kilomètres de rails, dont 40 sous terre, et reliera à la capitale, des zones encore rurales situées en périphérie. Elle a aussi pour objectif l’amélioration des issues de secours et la sécurité des passagers dans le métro. Cette Phase III s’achèvera en 2016 et devrait permettre d’accueillir près de 4…

Voir l’article original 105 mots de plus

Un miracle de pierre: Mahäbalipuram

Depuis notre arrivée au Tamil Nadu, cela a été notre premier éblouissement tant le travail de l’homme à magnifier la pierre atteint ici des sommets.

Ici tout est pierre et sur cette pierre a été construit un royaume. La pierre sous le maillet et le ciseau, et surtout sous le talent, raconte un histoire au plus grand des lettrés autant qu’aux plus humbles, aux esprits lus plus simples qui ne savent ni lire ni écrire. Ce livre de granit et parfois de marbre, buriné aux VIIéme  et VIIIème siècles, nous conte l’histoire des rois, des guerriers, des commerçants, des mendiants. Nous conte l’histoire des fous, nous conte l’histoire des sages. Nous conte l’histoire des dieux. Cette mémoire de roc par son chant lapidaire célèbre les rapports de l’Homme et de l’Univers.

Ici rien n’est rapporté. Même les sculptures internes des temples sont taillées directement dans le roc.

pour en savoir plus: http://whc.unesco.org/fr/list/249/

Education en Inde: Donner des ailes aux enfants

ACTU INDE

Alors que les ONG en Inde de plus en plus nombreuses génèrent des polémiques autour de leurs activités, il est temps de faire la différence entre les celles qui profitent du système et celles qui agissent vraiment. Réduire la pauvreté et les écarts sociaux afin de permettre aux enfants défavorisés d’avoir un avenir meilleur par l’éducation, tel est le but de l’ONG Aarohan.

Devant le bidonville de Jagdaarohanamba Camp à Sheikh Sarai dans le sud de Delhi, une femme moderne vêtue d’un sari et d’un gros bindi rouge entre par les chemins sinueux et étroits. Les odeurs de déchets ne la dérangent pas, ni les constructions en tôles et plastiques. La pauvreté de ces hommes et de ces femmes ne la trouble pas et elle sourit et dit bonjour aux parents et enfants qu’elle croise. Mme Suchitra Kaul arrive finalement devant une petite chambre peinte en vert sur…

Voir l’article original 897 mots de plus

Sorcellerie

La presse écrite indienne est en constante progression de lectorat.

La presse écrite indienne est en constante progression de lectorat.

Je lis depuis deux jours sur mon eBook un livre de 1904 intitulé: « La magie dans l’Inde antique » (édition gratuite Cultura). Point n’est besoin de remonter à l’antiquité pour rencontrer la magie. Ce matin, 26 avril 2013, un article du « Hindu » titre : »Un devin lacéré à mort par un groupe de cinq personnes à Choolai. » [….] Selon la police, [la victime] pratiquait la divination et la sorcellerie. […] Le sorcier est soupçonné par son voisinage d’avoir causé le suicide de deux personnes de son quartier.

nous avons nourri les oiseaux…

« nous avons nourri les oiseaux » ou comment sauvegarder ses traditions malgré tout.

Nous avons remarqué dès notre installation dans l’immeuble que chaque matin des motifs ornaient les seuils des appartements occupés par des familles indiennes. Ces dessins  sont faits d’une poudre blanche très volatile. Le passage et les courants d’air mettent moins d’une journée pour effacer ces œuvres éphémères.

Notre amie Sahana nous a dévoilé la clé du mystère. L’habitat en appartement est une notion récente dans la vie des Indiens. Ce dessin

nous avons nourri les oiseaux

nous avons nourri les oiseaux

est un message qui signifie : « nous avons nourri les oiseaux ». Mais encore. La coutume veut que la famille, dès le matin, partage le petit-déjeuner, puis madame fait son ménage et le termine en jetant sur le seuil de la demeure les miettes du premier repas de la journée. A ce moment, les oiseaux se précipitent pour la becquée. C’est le signal que désormais la maison est en ordre et que ses occupants peuvent accueillir les visiteurs.

Les longs couloirs de nos immeubles n’accueillent pas les oiseaux et il serait mal-venu de jeter les restes du repas dans le passage. Alors pour perpétrer la tradition et signaler aux visiteurs potentiels qu’ils peuvent être accueillis, la maîtresse de maison, au gré de son inspiration, dessine chaque matin avec de la farine ce « mandala » du bon accueil.

entrée en matière…(03) dans le Temple

thiruneermalai_perumal_temple2Le temple où j’ai été conduit et celui de Thiruneermalai. Ce nom signifie la montagne entourée d’eau(?). Cet édifice fait partie d’un ensemble de 108 temples désignés sous l’appellation de Desams Divya. Ils sont tous consacrés à Vishnu ou ses avatars. Ces lieux de culte ont été célébrés par 12 poètes: les Alvars.

Les Alvars, en tamoul « ceux qui sont immergés en Dieu », étaient des saints et poètes tamouls de l’Inde du Sud, qui vivaient entre les VIème et IXème siècles en adhérant à la « dévotion émotionnelle » ou bhakti envers Vishnu et Krishna, dans leurs chants extatiques.(wikipedia)

Cela nous permet de situer la construction avant ou durant cette période.

Quand Thirumangai, l’un des Alvars, a visité ce temple, la colline a été entouré par l’eau et il a dû attendre six mois pour obtenir le darshan du Seigneur d’où le nom Thiruneermalai (Neer – eau?). L’ endroit où Thirumangai a séjourné pendant son attente est toujours connu comme Thirumangai Alwarpuram.

Le sanctuaire intérieur du temple hindou est appelé Garba griha (habitation de l’embryon). Le sanctuaire est situé au centre du temple, et sa seule ouverture est face à l’est. Les plus anciens sanctuaires hindous étaient des dolmens, pierre plate, dalles verticales et horizontales formant une pièce carrée au centre d’une borne murale. Les dieux les plus importants, Moolavar sont nichés au centre des temples. Ainsi que les images qui les entourent , ils sont précisément situés aux points correspondant aux énergies qu’ils représentent sur ​​le plan magique.

 

brève 004 – prix de la médecine

Comme il s'agit ici de verres et de santé, je lève celui-ci à la vôtre

Comme il s’agit ici de verres et de santé, je lève celui-ci à la vôtre

Béatrice ayant eu à consulter un médecin généraliste, il lui fut réclamé 500 roupies soit 7,14 euros.

Devant changer mes lunettes, j’ai donc subit les examens ophtalmologiques de rigueur. Effectués dans une clinique des yeux, il m’a été facturé 100 roupies (1,43€) un dossier médical valable 1 an. La batterie d’examens et la consultation du chirurgien m’ont coûtées 300 roupies (4,29€).

Ce n’est pas du tiers payant, mais les prix réels des prestations!

Entrée en matière, de plain pied (02)

Nous franchissons le portique de l’enceinte grise presque noire. Seul le soleil à son zénith sait tirer quelques lueurs de la pierre sombre érigée en muraille. Nous nous dirigeons vers la droite. Un escalier de rocs taillés nous élève vers un premier temple. Notre guide nous fait enjamber la marche de seuil. Elle est ferrée et cloutée sur toute sa longueur. Péniblement, la lumière du dehors éclaire l’espace réduit. Sur notre droite, une espèce de cellule bardée d’un croisillon métallique enferme quelques statuettes et vestiges lapidaires. Au fond du vestibule, deux femmes prient, collées à une grille identique, un dieu qui semble se cacher dans un recoin. Nous tournons à gauche. Une main me pousse dans le dos et me voilà le premier d’une procession de sept pèlerins.  Sans doute la même main m’écarte sur la droite du couloir. Quatre d’entre-nous se serrent, alignées sur la gauche. Nous nous figeons. Mes yeux s’habituant à la pénombre, je commence à distinguer, dans l’exiguë pièce suivante, une statue à la face noire fleurie de colliers multicolores. De la gauche, surgit un prêtre à la carrure imposante, torse nu, jupe blanche. Le front est blanchi de deux coulées parallèles. Les gestes sont gracieux. Une mélodie imprécatoire s’exhale de sa bouche dont les lèvres bougent à-peine. Il promène dans l’espace, de gestes lents et mesurés, une lampe à huile. La lumière vacillante nous révèle, par parcelles, l’objet de son culte et les rend aussitôt à l’obscurité dévorante du saint-des-saints.  Depuis l’apparition de l’officiant, tous nous avons les mains jointes à hauteur du sternum. Ayant abandonné son fanal, il vient vers nous et nous distribue, à chacun, une touffe d’herbe que nous serrons entre nos mains jointes. Retour aux prières. Il revient bientôt vers nous et verse dans nos mains tendues en coupelles, de l’eau dont nous buvons une gorgée puis aspergeons notre tête et notre face. Retour aux prières. Il revient une dernière fois vers nous et nous remet, encore une fois, de l’herbe que, cette fois, nous mangeons.. Une dernière prière. Nous quittons le boyau des dévotions.

Je demande à notre guide quelques explications sur ce que nous venons de vivre. Il veut nous faire rencontrer l’officiant. Malheureusement ce dernier ne parle ni Français, ni Anglais.Dommage.

Nous sortons dans la cour écrasée du soleil de midi. Face à nous, un homme prie face à une imposante statue qui domine toute la cour. Il finit sa dévotion d’un contournement dextrogyre de la pierre sculptée. Je monte quelques marches et me dirige vers un autre petit temple et y rencontre un prêtre qui me débite, à toute vitesse et en Anglais, les débuts immémoriaux (?) de son culte et de son temple. Sa logorrhée m’échappe quelque peu. Beaucoup même. Mais l’heure n’est pas aux questions: il est 12h30. L’homme se retourne et ferme d’une grosse clef de fer, l’accès de son lieu de culte, tout en me précisant qu’il serait de retour à 16h00. Il espère, sans doute que je l’attende. Peine perdue, la mobilisation de mon chauffeur, de mon guide et de Mamadou ne me permettent pas cette liberté. Je reviendrai.

Depuis, j’ai fait quelques recherches fructueuses, mais il vous faudra patienter quelque peu.

à suivre

http://chennai-temples-avdevan.blogspot.in/

http://divyadesam.com/hindu/temples/chennai/tiruneermaialai-temple.shtml

http://goo.gl/maps/CO3UF

https://maps.google.com/maps?hl=fr&tab=ll