Macabou – La Martinique

P1330474

Pour qui sait percevoir, l’ombre des Kalinagos enveloppe, et pour toujours, la terre de Macabou. Éradiqués par l’arme blanche, les amérindiens migrateurs ont su ancrer leurs fantômes face au vent caraïbe.

Le chemin est rugueux. C’est un chemin de croix de fer.  Il mène à la chapelle des gens de mer . C’est un chemin de pierres tombales. Il mène à l’horizon où frissonnent les vagues. Les stations sont autant de sépulcres décharnés où chacun enterre ses amertumes, ses regrets, ses colères ou ses rêves. Ici point de décor, pas de Véronique, ni de Simon de Cyrène.  A chacun d’y apporter une partie ou tout de lui-même pour y revivre ou s’enterrer.

En symbole de la vie qui s’arrête un jour, une montre gît sur la pierre où la croix épouse un rayon de soleil. L’ ombre du crucifié nous alerte de la fuite éperdue des heures. Quelques lumières divines se sont éteintes sous les assauts conjoints des embruns et du vent. Leur cylindre de verre nous rappelle qu’une flamme, il y a peu, se dressait dans un effort ultime pour tenter d’échapper à la mèche, à la cire, au monde des vivants.  Comme pour faire écho aux dalles bétonnées des stations chrétiennes, des tumlus de pierres dressent leur caillasse en équilibre précaire.  Le païen défit-il le chrétien. Le païen s’unit-il au chrétien dans une cérémonie commune, une synergie des fois.

Après avoir gravi le modeste golgotha, nous dévalons. La chemin est malaisé, mais les quelques risques valent la chandelle. Nous plongeons dans la végétation, nous nous écartons des cactus,  évitons les mancenilliers, bientôt un sous-bois de campêches nous recueille et nous protège et s’écarte soudain pour laisser s’arrondir sous le soleil de midi la grande anse Macabou au sable blond. Au loin, des hennissements parcourent la plage, nous rappelant que l’humanité est à deux pas. Les cavaliers disparaissent sous la frondaison. Le silence reprend tout son royaume troublé seulement du clapoti des ondes ondulant sur la plage. Un cimetière de conques. Le calcaire des coquillages désertés craque sous nos pieds. L’ardeur du soleil nous repousse sous les branchages. Quelques centaines de mètres à l’ombre végétale et de nouveau l’aride savane nous prend sur son sentier. Au loin, la petite chapelle ou patenotrent les marins, leurs femmes et leur famille crane sur son tertre écrasé de chaleur. Un honorable crabe, troublé par nos pas dans son sommeil de mi-journée,  s’enfuit dans la verdure grasse.

Chapelle et croix

Égratignent  le ciel.

Les embruns, de la foi,

Élèvent larmes et kyrielles

Vers les agneaux de nuages qui paissent dans l’azur

L’océan est le seul bénitier

Digne

De l’homme de la mer !

 

Etienne Lallement

7 juillet 2016

 

Jardin de Balata – La Martinique

P1280357

La mer, ici, n’est souvent qu’un souvenir diaphane perdue dans les vapeurs océanes ou la brume au long cours. Quelquefois, par chance, depuis les ponts de cordes jetés d’arbre en arbre, nous la devinons rompre son lien d’azur avec le ciel, mais, bientôt, nous la percevons estomper ses nuances comme par pudeur sous la caresse d’un soleil timide. Quelquefois, quelques rares fois, quand l’astre s’embrase, alors elle se libère de ses voiles arachnéens et s’offre alanguie, jamais indécente, au caresses du rivage.

Le coeur de Balata palpite à nos pieds. Les palmes protectrices, accrochées à leur stipes, déclinent leur verdure . Les cascades saguines des flamboyants incendient les parterres monochromes où l’homme s’affaire. Il lui faut, ici, composer sans trahir. Il lui faut, ici, aimer. Il lui faut, ici, communier. Il lui faut, ici, se laisser dominer par l’amante nature et par quelques savantes parades et cours assidues l’amener à s’offrir dans toute sa splendeur.

La nature est inconstante. Son humeur versatile. Chaque jour, le spectacle diffère. Chaque jour, elle souffle chaque fleur comme autant de paraisons.

Inlassablement, l’homme hésite, invente… et la nature crée. L’homme pourrait créer, mais encore il ignore ou veut ignorer sa qualité divine et tâtonne des esquisses au fusain du vivant.

Les parterres chatoient et ondulent sous les baisers du vent.

Les roses de porcelaine s’étirent et s’inclinent. Les Alpinias éclairent notre passage à la flamme pourpre de leurs bractées.

Les Anthurium turgescent épanouissent leur aile lustrée blanche, rose ou rouge dans le sillage des souffles.

Le Russelia s’épanche en pluie de corail, en hémorragie végétale.

Les Oiseaux du paradis tendent et ouvre leur bec pour un concert sans voix, un hymne des couleurs.

La curie des fiers Balisiers tend vers le ciel ses calices d’or ou de pourpre et recueille la rosée du matin ou quelques larmes des sanglots du ciel.

La famille des Bromelias prend ses quartiers d’été, accrochée à quelques souches stériles. Les colibris sont ses hôtes et se désaltèrent en son coeur.

La reine de Malaisie habillée de rubis et couronnée d’or s’incline, humblement, sur notre passage tandis que les éphémères Hibiscus entonnent un hymne au soleil de leur trompette de soie qui décline le spectre de l’or au sang.

Le Bougainvillée nous aguiche par ses couleurs, nous rebute par ses épines, nous console par un feu d’artifices.

Le Jasmin nous captive de l’essence enivrante de ses étoiles terrestres.

Les Nénuphars s’épanouissent au bain tels des nymphes antiques.

La canne d’eau salue notre départ de son mouchoir de dentelle.

 

A l’ombre du Carbet, la lave végétale

Bouillonne

Accouche d’un Eden aux essences vitales.

Ici, Jean-Philippe Thoze

Esquisse et ose

Et brouillonne…

La Vie

 

Etienne Lallement

Le 1 juillet 2016