Musique solaire sous ciel de grisaille…

La mer Caraïbe joue des arpèges au raz des pieds du Petibonum amarré aux pieds de la Montagne Pelée.

Les ombres s’agitent, se courbent et se redressent, égrainent quelques notes sauvages d’« accordailles » et s’unissent au rythme de la vague nerveuse. Nous célébrons le mariage du ressac et des vibrations colophanées réunis par les souffles marins et la respiration de la flûte traversière.

Ciel gris. Mer grise.

Fi des silences feutrés des salles de concerts, le QCM jaillit de la vague, calme les éléments et éveille les mélomanes de la plage du Coin. Peu à peu le ciel s’enrosit , prémisse d’un embrasement qui ne viendra pas. Les rais solaires s’essoufflent par-dessus la grisaille duveteuse moutonnant sur nos têtes.

Le divin se résigne à plonger sans nous saluer et abandonne les planches à la Reine de la Nuit et son cortège hétéroclite : un tir du Canon de Pachelbel ouvre les festivités, Haendel pousse son Alléluia et Vivaldi célèbre le Printemps. Jean-Népomucène Hummel écarte, pour cette fois, sa trompette. A sa suite Jean-Sébastien Bach badine et gavotte. Le guadeloupéen Chevalier de Saint Georges métisse le concert. Mozart célèbre la nuit par une petite musique. Intégrale. La Flûte Enchantée nous permet de célébrer et la reine et la nuit…Au printemps de Vivaldi du début de soirée répond le « Summertime » de Gershwin. John William décline sa « Liste de Schindler ». Un Divertissement Espagnol ouvre la voie à Art Mengo qui laisse s’épancher la « Valse Triste » de Laurent Rocher…  Raphaël Rimbaud précède Piazzolla… Révérence !

Aux ultimes accords de Piazzolla, la mer se déhanche encore, tangue de plus belle puis se libère des notes et s’enfonce dans la nuit.

Le silence règne. Déjà !

Les oreilles comblées, les mandibules passent à l’attaque !

Une soirée de grâce !

Etienne Lallement – 19 septembre 2020 –

Concert du Quintette Classique de La Martinique sur la plage « du Coin »  au Restaurant « Le Petibonum » au Carbet – La Martinique

Incandescences et harmonies

 

p1030871

Le soleil s’incline vers l’horizon. Le Carbet lui renvoie de toute sa hauteur, un scintillement de verts tropiques.

Certains s’alanguissent encore sur la plage du Coin comblés de caresses éoliennes. Les tables du Petibonum se garnissent peu-à-peu. Les verres se servent gouleyant de rhum, jus de goyave, de bière ou d’eau pétillante. Les soifs s’étanchent. La fraîcheur, toute relative, s’installe.

Le brouhaha du restaurant se tamise lorsque s’élèvent les sonorités des premiers pincements, des premiers frottements, du premier souffle.

Le Quintette Classique de Martinique a osé planter ses notes dans ce lieu improbable habitué aux sonos tonitruantes de véhicules surwattés.  

Mais l’harmonie crée le respect. Quelques insensibles au sacré s’éloignent. Quelques sourds vaquent à leurs « n’importe quoi ». L’atmosphère les soumet bientôt, les uns et les autres, à la sourdine. Une mère éloigne son enfant turbulent. Si peu bruyant. Peut-être, encore, un Mozart qu’on assassine!

Pourquoi ne pas tenter de faire taire la mer qui, dans notre dos, sacs et ressacs,   bouillonne sur le sable gris? Le soleil poursuit sa déclinaison. Il trace un sillon d’argent sur l’onde désormais sombre et vient taquiner le sable gris.

Aujourd’hui, l’oreille l’emporte sur l’œil. Dans une quasi indifférence, l’incendie céleste dégueule sa lave incandescente vers le flot caribéen.

L’attention est ailleurs. De grands classiques s’engouffrent en nos oreilles et réveillent notre mémoire autant collective qu’intime.  Certains fredonnent, certains frissonnent. Émotions

Carl Flesch est annoncé. « C’est qui, celui-là? ». La réponse vient. La musique suit. Haendel, Mozart et d’autres. Le toit de tuiles et de bois fait merveille et nous renvoie un son très digne. Et voilà bientôt Carmen qui danse entre les tables à la poursuite de son toréador. Prenons garde! Mais l’invisible, bientôt, disparaît et d’autres lui succèdent. Le temps est suspendu. Le soleil a plongé. La nuit règne. Quelques notes de Noël signent la révérence du Quintette Classique de Martinique.

Ils ont osé. Ils ont gagné un challenge loin d’être gagné d’avance. Ils ont osé réconcilier la musique et le quotidien. La musique et la vie. Ils ont osé briser les hermétismes.

Bravo!

Etienne LALLEMENT    –    28 novembre 2016

p1030867