Renault et Nissan introduisent une troisième équipe à Chennai pour faire face au succès de la Kwid – CCFA : Comité des Constructeurs Français d’Automobiles

Source : Renault et Nissan introduisent une troisième équipe à Chennai pour faire face au succès de la Kwid – CCFA : Comité des Constructeurs Français d’Automobiles

renault kwid

Après nous le déluge…

P1310621

Après le crépuscule des dieux, sommes-nous au crépuscule de notre civilisation? La réponse est en chacun d’entre-nous.

Après les attentats de Bruxelles du 22 mars 2016…

Nous voilà, de nouveau, dans l’émotion. Demain, viendra la résignation, la distraction, le refoulement. Bientôt l’oubli.

Nous attendons le chevalier blanc pour combattre un ennemi que nous jugeons d’un autre temps. Nous investissons nos espoirs dans l’Etat providence qui, comme seule parade oppose la violence à la violence. Cet Etat providence réagit plus qu’il n’agit. Il voudrait gérer d’autres priorités: toujours plus nous exigeons de lui « du pain et des jeux ». Le sort des urnes est à ce prix. Pourtant, nous sommes tous responsables. Nous avons les dirigeants qui nous ressemblent et nous les sacrifions allègrement, sans état d’âme, sur l’autel de nos propres incompétences. Ne déléguons pas nos responsabilités. Prenons les à bras le corps. Si nous voulons changer le monde, c’est du ressort de chacun, avant tout, de se changer soi-même, de remettre en cause la rigidité du monolithe que nous sommes devenus. La seule liberté de l’être humain est de choisir ses chaînes. Nous avons choisi celles de la facilité, de la non-responsabilité et de la jouissance consumériste « dans les plus brefs délais ». Ces chaînes sont les plus difficiles à porter: sous l’apparence de légèreté, elles sont les plus lourdes. Et le désœuvrement nous rend plus fragiles, plus vulnérables.

L’éducation est la seule parade à la violence. Quelle qu’elle soit. Mais quelle éducation?

La violence s’enseigne. La volonté de mourir pour des idées, aussi folles soient-elles, s’enseigne aussi.

Enseignement contre enseignement! Les plus convaincus convaincront.

Nous avons abattu, avec véhémence, les religions, les considérant, désormais, comme archaïques. Mais qu’avons-nous proposé en échange?

Que ces moments douloureux que nous vivons au niveau de la planète entière, nous réveillent de notre sommeil profond de l’ignorance voulue.

La consommation à outrance est devenu l’héroïne du peuple. Alors, osons nous poser la question: « je consomme! oui, mais après? ».

Sans réponse, sans réaction, nous pourrons affirmer: « Après nous, le déluge! ».

Etienne Lallement

« Tribunal des femmes bafouées »

affiche trib femmes baf

Au Théâtre Créole,  deux blanches pour un noir

Ici l’on crie, on hurle même, on enrage, on s’agite, on se fige, on se tait. L’émotion perle. Le rire éclate.

Ici, les femmes accusent. Maladroites. L’homme se défend. Piteux. Les arguments des unes et de l’autre se délitent. Le ciment de la haine ne résiste pas au ravinement de l’amour indélébile.

Les rôles s’inversent. L’accusé devient accusateur. La faiblesse de tous se répand sur les planches. Aucune n’est tout à fait blanche. Lui n’est pas tout à fait noir. Ils sont humains. Voilà tout.

La victoire de l’amour est aigre-douce. Il n’est ni vainqueur, ni vaincu. La catharsis n’épargne personne, acteurs comme spectateurs. C’est cela l’antique vocation du théâtre. Chacun y voit plus clair , mais d’autre questions surgissent. L’homme est un éternel chasseur de nuages.

….

En me remettant les billets, l’hôtesse du théâtre de la ville de Fort-de-France me précisait que ce spectacle était « spectacle d’une troupe d’amateurs » et, de ce fait, n’apparaissait pas dans le programme « officiel » du théâtre.

Mais que que reste-t-il « aux grands »?

Béatrice Sieurac, Eric Bonnegrace et Cristèle Calixte n’ont rien à envier. Pas de référence à de « grands cours parisiens ». Les références sont de l’école, de l’académie de la vie. L’école de la passion. Melpomène et Thalie génèrent et inspirent la foi plus que la référence. A n’en pas douter, il s’agit, ici, de foi. Celle qui conduit à la passion, déborde de la scène et inonde le parterre.

Que seraient trois talents sans texte, sans trame, sans histoire. Tony Delsham a pointé son œil sur le monde, sur son monde. Celui des Caraïbes, celui de La Martinique. Molière pousse ici un peu sa plume dans celle de Tony par le regard aimant, mais sans concession, qu’il porte sur ses contemporains créoles.

Sans complaisance, mais brillant d’humour. Rempli d’amour. « Castigat ridendo mores ».

La mise en scène, dans un décor dépouillé ou règne une psyché sans glace, est sans faille. José Alpha valorise, tour à tour, ses acteurs. Ils peuvent épanouir leur jeu jusqu’à l’extrême dans un respect mutuel équilibré.

Le théâtre créole doit déborder de son île.

Etienne Lallement

« Tribunal des femmes bafouées » de Tony Delsham – représentation du vendredi 11 mars 2016 au Théâtre de la ville de Fort-de-France; La Martinique. Compagnie Téatlari – Théâtre des cultures créoles.