La Martinique : Détente, sensualité ou art sacré?

Que représente la danse pour un Martiniquais?

Depuis notre arrivée en Martinique, nous avons été à maintes reprises invités à des festivités dansantes.

Il m’est apparu rapidement que la danse, pour les habitants de l’île, dépassait largement le cadre d’un simple divertissement. Le soin apporté à l’habillement, à la parure des femmes créoles, la rigueur et la grâce dans les gestes révèlent une autre dimension que celle du simple divertissement. Chaque mouvement des femmes et des hommes semble être l’expression d’un art sacré. La ritualisation d’une prière. Les musiciens rythmant ce rituel élèvent les danseurs et les spectateurs dans cette « dévotion ». Ici « Haute-Taille », par ailleurs « Bélé » participent à cette valeur qui participe à l’union des Martiniquais et sans doute tous les Créoles: une spiritualité vivifiante transfiguratrice des corps.

Curieusement, j’ai été frappé par les consonnances d’une certaine musique créole et la musique polonaise des bals de ma jeunesse! Cela ne peut pas être une coïncidence. Je recherche actuellement des informations à ce sujet.

Les nouvelles générations sauront-elles recevoir, communier et transmettre cet « Art » dans toute sa spiritualité? Dans toute sa force?

Etienne Lallement – 15 décembre 2020 – Saint-Joseph – La Martinique

prestation de l’association « Pétales de Haute Taille »

selon Wikipedia: « Les contredanses ont été apportées par les colons européens au XVIIIe siècle. D’abord dansées par la bourgeoisie, le mode de diffusion localement, et leur évolution, sont encore discutés, mais ces contredanses ont été adoptées par d’autres milieux (esclaves, classes populaires, milieu rural) qui ont alors influencé la rythmique, les instruments (ajout de percussions comme le tambour de basse) et le déroulé. On retrouve encore actuellement des figures principales du quadrille avec le pantalon, l’été, la poule, la pastourelle, mais aussi d’autres figures comme la biguine. Ces figures sont annoncées et rythmées par un chanteur « commandeur » qui débute traditionnellement par « Cavaliers aux Dames ! » pour que les danseurs invitent leur danseuse. Ce « quadrille créole » a toujours pour nom « Haute Taille« , évoquant la forme des robes de bal de la bourgeoisie fin XVIIIe , début XIXe siècle1.« .

« (je)Veux pour 2021 »

Presqu’île de La Caravelle – La Martinique

« Arrivé à 70 ans, je me pose la question : Qu’ai-je fait de ma vie ? »…

 Un ami soulevait cette question lors d’une conversation, il n’y a pas si longtemps…

Cette interrogation, chacun peut se la poser à n’importe quel âge. Les années passant, elle peut, doit se faire , pour beaucoup,  plus obsédante.

MAIS…

Nous ne sommes pas en capacité d’évaluer notre impact, notre influence sur notre entourage. Sur le Monde.

Cet impact est le fait de « tout un chacun« .

Un jour, une maman se déplaça spécialement pour me remercier. Depuis que son fils adolescent avait pu échanger avec moi – (si peu) – il avait trouvé un solide engouement pour son avenir  professionnelle. Pour moi, cette mère et son fils restent des inconnus. Après réflexion, je compris que « peu« , peut faire « beaucoup« . Sans volonté de…

Plus récemment, à l’entrée d’un parking de Fort-de-France, un homme tendait la main. Je lui donnais une pièce de deux euros. En retour, je recevais une bordée pleine de colère. Quelqu’un qui m’accompagnait, m’expliqua que la raison de cet emportement était la conséquence de ma désinvolture: je n’avais pas regardé « dans les yeux » l’homme à qui j’avais fait l’aumône. Manque de respect à la personne humaine. Ce mendiant, en une minute, me rendait la monnaie de ma pièce, m’enrichissait plus que maints discours sages et savants.

Nous sommes, sans même le savoir, des » révolutionnaires » en puissance. Des sages aussi. Ce n’est pas nous qui décidons. Notre entourage d’une vie ou de quelques instants aura son existence « déviée » par une parole, une lecture, une action de notre part. Sommes nous suffisamment conscient de ces « instants de grâce » qui, un jour, ont été peu ou prou, des infléchissements, voire des révolutions, dans l’histoire de nos contemporains du plus humble au plus pérorant ? Prenons conscience de nos capacités. Soyons conscients de notre influence. N’en faisons pas une gloire. Je donne. Je reçois. Soyons rassurés ! Chacun d’entre nous a réalisé des choses extraordinaires. A notre insu le plus souvent, elles ont fait et feront bouger l’humanité. Elles feront bouger le Monde.

Alors 2021 et plus…

Nous nous devons réinventer à chaque instant, un art de vivre ensemble.

Peur de la nouveauté?

Osons quitter un ancien monde qui ne nous rassure plus : désormais, un tien vaut moins que mieux tu auras.

Le monde évolue plus vite que les idées. Les idées naissent de la vie, naissent de la conséquence de nos actes.. Empirisme

« Doxa » n’est pas vérité, mais photographie instantanée d’un moment étayé de paille.

La philosophie devrai être l’enseignement majeur de toute éducation. La philosophie devrait suppléer les religions qui sont, dans leurs formes actuelles, moribondes. C’est-à-dire toutes. De par sa vocation l’Humanité s’en sortira. Il lui faudra inventer ou trouver l’Être qui pense. Le véritable Être en elle. Un Être Universelle qui ne sera plus « une-bête-à-fabriquer-et-consommer« .

Un « Surêtre« .

Celui-ci ne sera pas achevé par notre génération, ni celle de nos enfants…L’entéléchie n’est pas pour demain. Mais nous pouvons tirer une grande part de notre bonheur d’être les transmetteurs des fruits de nos expériences. Le progrès est un courant alternatif ascendant. Ce que nous jugeons nos pires moment sont néanmoins des instants de progrès.

Notre impatience, notre égoïsme ….

Les fruits de nos connaissances et de nos savoirs serviront à parachever le Bonheur de l’Humanité tout entière. A (très) long terme… Mais nous sommes les acteurs de cette belle aventure. L’aventure de la Vie.

Nous pensant « minable » face à la vie, nous dépensons trop de temps à la chasse aux sorcières, sorcières qui seront chargées de nos propres incompétences, alors que nous sommes tous des êtres  de combats et de réalisations.

Sachons pour l’an nouveau dire « JE VEUX ». Sachons pour l’an nouveau et les suivants dire  « JE FAIS ».

Je FAIS dans le respect de tous.

2021 est pour demain. Nous ne pouvons pas reculer.

Aléa jacta est.

Béa et Etienne ne vous souhaitent que du bonheur, la réalisation de vos « JE VEUX! », l’aboutissement de vos « JE FAIS »!

Etienne Lallement – le 10 décembre 2020 – Saint Joseph – La Martinique

La Martinique : le Bélé

La Martinique se prépare activement à « l’après Covid 19 », se prépare à retrouver ses danses et le « Bélé » en particulier. Souvenir de 2015. Nous découvrions à l’époque le Bélé sur la plage du Vauclin pour la première fois depuis notre arrivé sur l’île aux Fleurs.

Etienne Lallement – 2015

pour en savoir plus le Bélé : http://www.lamaisondubele.fr/l-histoire-du-bele/quest-ce-que-le-bele

La Martinique : Yoles Rondes

La Martinique se prépare activement à « l’après Covid 19 », se prépare à retrouver ses Yoles Rondes fendant les vagues qui battent ses côtes. Souvenir de 2015. Nous découvrions une compétions de Yoles Rondes pour la première fois depuis notre arrivé sur l’île aux Fleurs.

pour en savoir plus sur les Yoles Rondes

Etienne Lallement – La Martinique – Sainte-Anne – 2015