La Société Générale va créer un nouveau centre à Chennai en Inde au cours de l’été 2014.

La banque fait découvrir ses centres de back-office en Inde à ses syndicats.

La Société Générale emploie à Bangalore plus de 3.500 salariés répartis sur deux sites. - Photo DR

La Société Générale emploie à Bangalore plus de 3.500 salariés répartis sur deux sites. – Photo DR
Cap sur Bangalore. Conviées par la Société Générale pour visiter les installations délocalisées dans la « Silicon Valley indienne », la plupart des organisations syndicales ont répondu présentes : « La chose pourrait paraître incongrue, mais il vaut mieux aller voir sur place, savoir de quoi on parle plutôt que de boycotter la proposition », fait valoir un délégué syndical. Fin février, les représentants FO, CGT, SNB et CFTC se sont donc envolés pour Bangalore pour quatre jours d’observation sur le terrain. « C’était la première fois que des syndicats se déplaçaient, la direction a veillé à ce que tout soit réglé comme du papier à musique », sourit un autre représentant des salariés.

Visite guidée

Au menu, visite guidée du centre de back-office, Global Solution Center (SG GSC) de la Société Générale, qui fournit une gamme de prestations aux services du groupe à travers le monde. Et prise de contact avec les universités, qui viennent grossir les rangs des entreprises européennes implantées dans la région. Créés en 2000, les centres indiens de la banque de la Défense se sont peu à peu étoffés, faisant de la Société Générale la plus grosse banque française de la région aux côtés de BNP Paribas qui dispose aussi d’une filiale dédiée, BNP Paribas India Solutions. Désormais, la Société Générale emploie plus de 3.500 personnes réparties sur deux sites. Des salariés qui se cantonnent principalement aux services informatiques pour la zone Asie-Pacifique, les Etats-Unis et l’Europe.

L’objectif d’un tel voyage ? Pour la direction il s’agit avant tout de désamorcer les tensions à l’heure où un nouveau centre devrait être créé à Chennai au cours de l’été, pour accueillir 200 postes délocalisés. « Nous invitons nos partenaires sociaux à se rendre sur les sites, pour comprendre la réalité des différents métiers », fait valoir le groupe.

Vigilance

Signataires d’un accord avec le groupe qui encadre toute restructuration à venir, les représentants syndicaux restent vigilants. Engagée dans un plan de réduction de coûts, la Société Générale a supprimé près de 1.700 postes au cours des deux dernières années et un plan de 400 postes est encore en cours de négociation. Pour préserver les emplois en France, les organisations syndicales réalisent qu’il va falloir batailler ferme. « Contrairement au discours qui est tenu à Paris, à Bangalore on revendique une qualification élevée, du point de vue des Indiens, les prochaines années seront celles de leur développement dans leurs fonctions expertes », averti Michel Marchet, délégué syndical national CGT à la Société Générale, dans son carnet de voyage à l’attention des salariés.

Sharon Wajsbrot
Écrit par SHARON WAJSBROT
Jen savoir plus journal Les Echos 360http://www.lesechos360.fr/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s