EXPO PHOTO: « Voyage en Orient »

PROCHAINEMENT:
Photographies de Pascal Brunet réalisées lors d’un road trip dans l’Arunachal Pradesh, le Nagaland, l’Assam (Inde du Nord) jusqu’en Birmanie. Des scènes de vie au quotidien d’une population extraordinairement accueillante, tellement loin de l’effervescence du monde moderne !
Du monastère de Tawang, situé à la frontière du Bhoutan, jusqu’à l’île de Majuli sur le fleuve Brahmapoutre et le parc national de Kaziranga, je vous propose une plongée dans l’intime des habitants de ces régions. Des gestes simples, des regards, des échanges fugaces mais authentiques…

Pascal Brunet photographe – contact : pascal-brunet.com – expo : La Pescherie – Chaussée Brunehaut – Sainte-Catherine-les-Arras – Pas-de-Calais – Haut-de-France – France

8Q36+FH Sainte-Catherine

A noter sur vos agendas, du vendredi 03 décembre 18h30 au dimanche 05 décembre 18h00.

Oyé!Oyé!Oyé! Braves gens!

Voici revenu le temps des saltimbanques!

Sonnez pipeaux! Résonnez musettes!

Embouchés sont les appeaux! L’heure des leurres a sonné!

Pipelets et pipelettes ont aiguisé la fourche vipérine, la fourche de leurs langages!

Pic! Nic! Douille! C’est toi qui sera l’andouille!

Mais…!

Mais peut-on en vouloir au chaland de baver? Les bateleurs proposent à la vente tout ce que nous « voulons » vouloir, tout ce que nous avons appris à vouloir. Inculqués sommes nous de besoins impératifs que nous proclamons « Notre Liberté!« .

La liberté « chérie » tant clamée, tant réclamée n’est qu’un amuse-bouche, un amuse-oreilles à géométrie variable. Un drapeau sans hampe.

Faut-il être fou, tellement fou, pour se présenter devant les électeurs aussi peu restent-ils? Réaliser, avoir conscience qu’il faudra renier, mentir avec conviction… Réaliser, avoir conscience qu’il faudra se renier, se mentir, se trahir soi-même…

Urne funèbre! Urne si peu pleine, tu emportes la morale et la sagesse. La victoire est à ce prix. Victoire à la Pyrrhus!

Le candidat est inconscient! Dès la victoire ses ennemis resteront ses ennemis. Les opportunes amitiés complices érigeront des autels pour brûler leur idole d’un instant. Holocauste de la désillusion, de la consolation! La victoire porte en elle des relents de souffre et de marais putrides.

Alors pourquoi briguer?

Le pouvoir illusoire qui n’appartient en rien à qui crève l’écran?

La gloire éphémère?

Le plaisir masochiste?

L’instinct du sacrifice, le besoin d’être martyr?

LA FOLIE! peut-être. La Folie sans doute!

La démocratie donne aux fous le pouvoir d’élire l’un des leurs. Le sage au seuil du bureau de vote, hésite… La sagesse n’est pas l’apanage des harangueurs. La force des gigolos dressés sur leurs ergots, sur leur « ego » tarabiscotés, est la crédulité et l’ignorance des oreilles conditionnées.

La perte de confiance et l’égocentrisme de chacun génèrent l’abstention. L’intérêt personnel efface l’intérêt collectif. L’abstention conforte l’extrémisme. L’extrémisme engraisse la tyrannie.

L’Histoire se répète inlassablement, inexorablement.

Empire d’Egypte, empire de Chine, empires d’Amériques, empire de Rome…les civilisations s’écroulent!

Notre « Occident » n’échappera pas à la règle.

Nul n’échappe à son destin qui coupe la branche où il a construit son nid… L’imbécile réduit en copeau la culture qu’il n’a pas reçu et qu’il n’avait pas envi de recevoir: il fut tant engraissé à la malbouffe intellectuelle et spirituelle.

France! Ivre galère!
Tes rameurs rêvent de paradis artificiels!
Tes matelots rêvent d’enlacements stellaires!
Mais ne forniquent sous le ciel
Qu’aux ventres de sordides prostituées inhumaines.


L’équipage courbé aux caprices du vent et ceux du capitaine,
Ploie et se redresse. Gare à qui glisse et s’affale.

Hurle le ban!
comme autant de tempêtes, autant de haine!
Mais à quoi sert, au front de la rafale
De hurler, d’invectiver les cieux, brandir un poing vengeur!

L’union face au péril devrait être la loi.
L’alliance, l’alliage de tous serait de bon aloi.
Nenni! Voici qu’émerge une floppée de barreurs.

Fusent les solutions! Contradictoires!

« Virons de bord », dit l’un! « Droit devant »! dit l’autre
Apparaissent les faux apôtres!
« Affalons! », « Hissons! », « Aux chaloupes! »,

Les cris, les hystéries, font croire à la victoire.
Mais « le vent
fripon » déserte la poupe.


La dérive!

Les clans s’affrontent. La vague emporte le raz d’eau.

La dérive!

Qu’importe! Se pourfendent les prétendus sauveurs!

Et se brisent un peu plus le radeau!

Personne ne sait qui suivre à cette heure

A défaut de projet, tous se battent « contre »…

Sans conviction. Leur conviction s’est jetée par dessus-bord

Depuis bien longtemps.

Par dessus les ego recroquevillés, souffle la tempête…



Etienne Lallement – 12 septembre 2021 – Saint-Joseph – La Martinique

Folie virale…

Un ami vient de perdre une nièce.

Mourir de maladie, d’un virus. Soit!

Que la bêtise humaine s’en mêle révolte! Mais qui se révolte?

« Il n’est de pire aveugle que celui qui ne veut pas voir! »

Qui reconnaîtra son erreur parmi tant d’autres? Celui qui crie a souvent tord et les décibels lui servent d’arguments et rassurent les moutons dressés à l’obéissance aux aboiements des chiens. Tout autant coupable, celui qui se tait. Tout autant coupables ceux qui accordent leur haine à la haine des moutons aveuglés, des moutons apeurés broutant des herbes putrides des prés intoxiquant!

Par intérêts personnels, l’humain est prédateur. L’humain est pusillanime. L’humain reste indifférent.

L’intérêt collectif a-t-il encore un sens?

Etre « Humain » a-t-il encore un sens?

Etienne Lallement – 19 août 2021

La nouvelle du décès à peine parvenue, nous entendions et avons réécouté cette chanson de Jean Ferrat. Décidemment, le hasard n’existe pas. Titre de l’album: « Dans la jungle ou le zoo ».

La guigne: dévolution successorale

Cette remarque nous semble terriblement d’actualité! Et pourtant! Friedrich Nietzsche l’a écrite entre 1882 et 1887.

De toute mon existence, j’ai entendu des lamentations sur « la vie qu’on vit!!!« . Il semble être dans la nature de l’être humain de déplorer, de se morfondre de l’atmosphère de l’époque qui l’a vu naître.

La « belle époque » est toujours du temps passé et seuls, les lendemains chanteront. Néanmoins, sur ces derniers, le doute plane…et le doute angoisse.

Moi qui ai « un peu » vécu, ai entendu de tout temps des chœurs de cassandres gémir des « de-profundis » et notre XXIème siècle n’échappe pas à cette règle: à les entendre, nous subissons l’apocalypse et « le bonheur est toujours pour demain« .

Si…Si…Si.. Chaque génération semble transmettre à ses enfants ce misérabilisme. Ah! Si j’étais riche! Ah! Si j’étais libre! Ah! Si j’étais…Ah!

Chacun pose ici ses conditions, mais soixante dix millions d’individus ne partagent pas les mêmes « Si ». Sept milliards…

Un partie de l’humanité s’ennuie. L’autre trompe son ennui. Du moins essaye…

Il faudrait prendre conscience que nous sommes, chacun d’entre nous, « capitaine » de notre propre bateau qu’il soit « frêle esquif » ou « géant des mers ». Les océans sont les mêmes pour tous et de tout temps. De toute météo. Nous ne pouvons rien contre les caprices de la nature et devons adapter notre navigation: hisser ou affaler les voiles qu’il faut au moment opportun.

Mais voilà, le matelot rêve de devenir « capitaine » du géant qui l’effraie. Le « commandant » rêve de la liberté du tireur de filets. Chacun désire la richesse de l’autre sans renoncer à son « avoir ». Chacun rêve de tout. Chacun ne voit dans l’autre que la brillance des apparences. chacun fait l’impasse des chances de sa condition. De ses propres richesses. Partir à l’abordage est le maître-mot de l’envie. Tous et chacun rêvent. Le rêve mobilise l’Humanité tout entière. L’ÊTRE n’existe-t-il que pour rêver?

Tempêter contre la tempête est la révolte de tous temps. Mais, c’est l’individu qui est en cause et non la mer, ni le vent.

Tels des juges, nous jetons l’opprobre sur nos semblables. Tel de coupables Caïn, nous vivons sous le regard d’un œil que nous avons créé. Râler est le propre de l’agonisant en souffrance.

Malgré tout, cette déploration de contemporanéité a un effet bénéfique. Elle permet à certains de se surpasser et continuer, bon an, mal an, à faire progresser l’humanité. L’éducation devrait faire de nous des conquérants. Des révoltés « actifs »!

La roue reste à réinventer.

La conquête de l’espace balbutie et enflamme les imaginations. La conquête de et pour l’Être reste à faire.

A nos épures!

Etienne Lallement – 21 février 2021 –

Il faut s’être détaché de beaucoup de choses qui nous oppressent, nous entravent, nous tiennent baissés, nous alourdissent, nous autres Européens d’aujourd’hui. L’homme d’un pareil au-delà, qui veut embrasser lui-même les évaluations suprêmes de son époque, a besoin d’abord de « surmonter » en lui même cette époque – c’est là son épreuve de force – et, par conséquent, non seulement son époque, mais encore la répugnance et l’hostilité qu’il ressentait jusqu’à présent envers cette époque, la souffrance que lui causait cette époque, son inactualité, son romantisme…

Nietzsche – 1844-1900 – Le Gai Savoir (380) – 1882-1887 –

Le poids de l’ignorance! Le choc des incompétences!

Jardin public de Hellemmes-LIlle – août 2020

Le poids de l’ignorance! Le choc des incompétences!

Ce n’est pas une accusation. Je le constate depuis bientôt un an. Depuis le début de la lutte contre le coronavirus. Je ne jette pas de pierres. Je n’ai rien à proposer: pas d’idées ni de solution miracle. L’ignorance et l’incompétence ne sont pas des fautes. Elles sont le lot de chacun d’entre nous. Bien sûr, les carences des uns ne sont pas les carences des autres.  Heureusement! 

Les connaissances et savoirs ne sont pas les apanages d’une élite condescendante survolant une humanité débile où régneraient ignorance et servitude. Physiques et intellectuelles.

Et pourtant certains « êtres » croient en ce clivage de l’humanité et se galonnent d’étoiles et se fabriquent des bâtons de commandement. Malheureusement, ils font souvent  « école« . L’angoisse qui est le lot de tout humain fait de l’être une proie pour ces prédateurs. Le pouvoir rassure car ces chasseurs sont tout aussi angoissés que n’import qui.

Ceux qui crient le plus fort sont, le plus souvent, les plus anxieux, ceux qui refoulent leurs angoisses avec le plus de véhémence. De violence.

Leur logorrhée leur tient lieu d’extincteur contre les feux de la peur. Partager sa détresse allège le fardeau dont ils veulent tout ignorer. Gare à qui veut porter atteinte à leur pouvoir, qui fait vaciller les remparts de leurs pseudo-certitudes. Fragilise leur intégrité. L’intégrisme n’est pas que  » fait religieux« .

Ne nous faisons pas d’illusions, nous sommes à la fois – tous sans exception – victimes et prédateurs! Le fait de traiter quelqu’un de « con » fait de nous un prédateur. Un prédateur minable, mais un réel prédateur.

Alors?

Au banquet de la vie, ne sommes-nous pas des analectes se gavant de miettes de pensées tombées de la table de ceux qui se proclament les hérauts de la vérité. De la Vérité? Faute de pain « frais » pour nous-même, nous nous gavons de « pain d’chien« .

Peut-on retrouver le goût du « bon pain » avec des miettes inlassablement recuites?

Alors?

Nous devons considérer que nous sommes loin de « l’achèvement » de l’Humanité qui n’est que suite de constructions, démolitions et créations. Dans 40 000 ans, quel regard porteront nos descendants sur nos civilisations? Sans doute le même regard condescendant que nous portons à l’homme de Cro-Magnon.

Nous construisons les ruines du futur.

Nous ne sommes qu’un barreau dans l’échelle de la Vie. Il faut assumer nos faiblesses. Il faut assumer nos forces. Plus encore, accepter les forces et faiblesses « des autres« .

Il nous faut accepter que tout est éphémère. Nous sommes éphémères.

Faut-il « jouir » en proclamant: « après nous le déluge« ?

Certes NON!

Nous sommes ceux qui nous ont précédés. Nous sommes ceux qui feront « demain« . Une victoire , aussi éphémère, aussi discrète soit-elle est une pierre pour l’Avenir.

Devons-nous alors nous désintéresser du « présent »?

Certes NON!

Nous avons le droit au bonheur pour le temps présent. Mais le vrai bonheur est un » produit » collectif au bénéfice de tous. La définition du « bonheur » sera le fruit de la réflexion de tous. La définition du « bonheur » ne sera jamais définitive.

Pour moi, cette quête universelle serait un réel progrès pour l’humanité. Le combat contre l’égoïsme, la priorité de nos luttes.

Mais la priorité la plus accessible serait la diffusion accrue des connaissances et des savoirs pour permettre à chacun de gagner en « liberté » et en « esprit critique« . Le choix n’est pas un effet de « l’instinct conditionné », mais de la réflexion. Encore faut-il que l’Homme ait soif de connaissances et de savoirs.

C’est dans le désert que l’Homme connait le plus la soif.

Ne négligeons pas les déserts, ils servent plus l’humanité que les oasis.

Etienne Lallement – Saint-Joseph – La Martinique – le 29 novembre 2020 –

œuvre de Fabien Mérelle – palais des Régates – Le Havre

Lettre à Claude, Georges, Jean, Serge, Yves et bien d’autres…

Mur de La Fraternité – Fort-de-France – Mickaël CARUGE et Claude CAUQUIL – 2013

Claude est dentiste. Georges est médecin. Yves, kiné. Peut-on être serviteur de la santé des « êtres » sans les aimer ? Aimer sincèrement. Jean et Serge sont transmetteurs de connaissances. Sapience et conscience. Peut-on être serviteur du « savoir » sans aimer les « êtres » ? Sincèrement.

Claude est Juif et vibre et avec les Israéliens. Georges est Palestinien de cœur et de lutte. Jean et Yves sont homo, « comme ils disent ». Georges, Claude et Serge s’affichent hétéros. « Comme personne ne précise. ».

Tous ont le discours affirmé. La faconde, pour certains. Pour convaincre. De leurs mots, on sent, pourtant, sourdre des plaies d’incompréhension. Les anathèmes s’échangent. « Un des… » excommunie « quelqu’autre ». Parfois, sans se connaître. Parfois même, la violence des pensées dans les discours s’insinue et se gonfle.

Quelques choses les séparent. Pourtant, ils font partie de la même famille : le Peuple de la Terre.

Quand ils échangent, individuellement avec moi, ou « facebookisent », chacun argumente… avec passion. Avec foi.

J’écoute. Je lis.

Chacun affirme…

J’écoute. Je lis.

Chacun cautionne…

J’écoute. Je lis.

Chacun condamne…

J’écoute. Je lis.

Il y a les taiseux qui n’en pensent pas moins.

A entendre et les connaître…un peu… tout semble les séparer.

Il y a ceux qui croient au ciel.

Il y a ceux qui doute du ciel, d’un ciel…

Il y a ceux qui cherchent…tous doutent, sans doute

Je suis oreille…je ne sais qu’être oreille, porte d’athanor aux minerais ignescents chauffés de doutes et de questions innombrables.

Chacun invoque « la Raison » pour lui-même. S’il le fallait encore, chacun apporte la confirmation que « la Raison » est une épistémè individuelle. « La Raison » est la science et l’argumentation de l’« Ego », de son savoir être et de son pouvoir de faire. « La Raison » sublime le geste de qui la professe. « La Raison » condamne le geste d’autrui. « La Raison » conduit aux excès, au meurtre qu’elle justifie.

« La Raison » couronne le fou.

« La Raison » gouverne le Monde. « La Raison » détruit le Monde.

Raison est déraison.

La Vie est une grande illusion. Falbala mène la danse. Fanfreluches mènent au désespoir, mène à la mort. Toujours. Mort sociale, mort morale… Mort physique…

Claude, Georges, Jean, Serge, Yves et les autres tout semble vous séparer.

Pourtant vous faites partie de la même famille maçonnique.

La même famille maçonnique qui ambitionne de réunir ce qui est épars.  L’aboutissement n’est pas de notre temps, mais doit-on renoncer?

« De longs et pénibles efforts sont encore nécessaires… »

J’ai confiance.

Etienne Lallement – juillet 2019

Problème de Foi…

Notre civilisation occidentale a un problème de foi. De mauvaise-foi. De très mauvaise-foi érigée en art de vivre.

Si nos politiciens brillent dans l’art de la mauvaise-foi, ils ont fait école. Et quelle école !

Embusqués dans les casemates sécurisantes des réseaux sociaux, des milliers, voire des millions de « snipers » tirent à qui mieux-mieux sur leurs semblables, nettoyant le terrain où fleurissent, désormais, les plus sombres extrémismes. Paradoxe. Ils fertilisent le terrain de leurs ennemis. Mais sont-ils réellement ennemis ? La lâcheté des uns fait le terreau des autres. Les uns ont besoin des autres. Les uns et les autres, chaque jour, de plus en plus nombreux, se reproduisent en voulant s’éliminer en d’odieuses copulations barbares.  Ceux qui crient depuis leurs sinistres donjons contre le fanatisme et l’hypocrisie en sont les funestes ferments. Leur ignorance leur tient lieu de culture.

Un antidote parmi d’autres, mais non des moindres, serait de combattre l’ignorance…mais l’éducation se doit de libérer. Mais, qui souhaite la liberté de tous ? Qui souhaite l’éclosion du libre-arbitre ?

D’aucuns croient que la liberté ne libèrera que des démons préjudiciables à leurs propres intérêts.

L’expérience du temps présent prouve que la volonté d’étouffer ne vainc aucun démon. La priorité du « produire-consommer » marque ses limites. Son inhumanité.

Privé de connaissances, privé de savoirs, l’humain a besoin d’un rêve. Mieux, d’un projet. La récompense « post-mortem » a fait son temps, a atteint ses limites. Désormais, les « être-de-pensée » veulent confondre « rêve » et « réalité ». Ils ont, sans doute, raison, mais n’ont pas été préparés à la « réalité » : ils veulent posséder. Ils ne sont, eux-mêmes, que possédés par les objets de leurs désirs. Les prises de conscience, les virages, les (ré)Orientations sont les objets prioritaires de plusieurs générations à venir. Il nous faut assumer, accepter que les humains provoqueront, encore, quelques cataclysmes dont nous ignorons tout : formes et intensités.

Ainsi va l’Histoire à cette différence près que 2,6 milliards d’humains peuplaient la planète l’année de ma naissance. Plus de 7,6 milliards en 2019. Selon la Base de données démographiques de l’ONU, nos petits-enfants pourraient être de 11 à 16 milliards en 2100. Un poids de plus en plus lourd sur l’avenir de la terre. Pourtant, je ne crois pas à un « matricide-suicidaire d’œuvre humaine.

De 1347 à 1352, la Peste Noire fait 34 millions de morts. 30 à 50 % de la population européenne.

La Première Guerre Mondiale fait 18 millions de morts. La grippe espagnole tue 50 millions de personnes.

La Seconde Guerre Mondiale fait périr de 50 à 85 millions d’êtres humains.

L’Humanité a su surmonter ces épreuves. Tous avaient des raisons de désespérer. Notre époque est en plus mauvais état mental et spirituel alors que le contexte « vital » n’a jamais été aussi favorable. Nous ne pouvons pas considérer la Vie à l’échelle temporelle de notre vie personnelle.

Le recul temporel nous permet d’évaluer les progrès de l’Humanité. Bien sûr, des progrès dans les relations humaines sont perfectibles : Liberté, Equité, Fraternité sont encore nos parents pauvres, mais sont de notre responsabilité. Responsabilité modeste, certes, mais responsabilité incontournable, indispensable.

Nous sommes responsables d’un avenir que nous ne connaîtrons pas. Il nous faut semer. D’autres récolteront comme nous récoltons les semailles de ceux qui nous ont précédés.

J’ai confiance.

Etienne Lallement

29 mai 2019

Lettre à Anélia

En réponse à ton message du 27 décembre 2018 suite à mes vœux 2019:

« Tout est simple et limpide« .

Cela nous semble évident. A certains? A tous? Mais qu’en est-il du sens commun? Le sens commun n’existe pas…pas plus que « La Raison ». La raison est affaire d’individu. L’Histoire de l’Humanité n’est qu’affrontement de « raisons ». L’Ego se duplique dans la « raison ». Beaucoup, sinon tous – nous mêmes! – veulent imposer leurs principes de raison: l’ego devient tyran. Tyran pour l’autre. Tyran pour soi. Les tyrans sont de bonne foi.

« Pour tout faire bouger« .

Rien n’est immobile. Nous ne maîtrisons pas les flux. Tels des apprentis-sorciers, nous ne soupçonnons pas les effets de nos actes. Réaction, contre-réaction. Nous voulons inspirer, diriger dans le sens de « notre raison »? Nous ne maîtrisons pas l’attelage: il se cabre sous nos sollicitations. Convaincus. Quels sont nos arguments pour convaincre? Mais de quel droit? Nos concitoyens s’engluent dans la nostalgie et espérant des futurs immédiats qui chantent. Devons-nous les en dissuader?

Oublier le présent où ils oublient de jouir de ce qui « Est » – Être-étant -. Ils se font jouir d’artifices créés spécialement pour eux et par eux, pour occulter l’angoisse. « Je consomme donc je suis. Je ne pense pas, donc je suis.« . Les aspirations ne sont que combler un déficit, un vide de divertissements.

Notre humanité occidentale s’ennuie. Nos concitoyens se masturbent aux lumières artificielles. Ils préfèrent les lueurs des leds à porté de mains, à la lumière du soleil. Les faire bouger est une affaire de siècles. Iront-ils dans notre direction? Et pourquoi notre direction, même si nous sommes persuadés de son caractère aléatoire? Le chaos retournera-il au chaos. L’a-il seulement quitté? N’est-il pas de la nature du monde de n’être que chaos?

« Amour, compassion, humilité« 

Amour? Qu’est-ce que l’amour? Nous nous perdons en définitions aussi embrouillées que désespérées. Souvent ce que nous appelons « amour » est « ego-centré ». Il n’a pas beaucoup à envier aux artifices consolateurs et rassurants. L’amour sert, trop souvent, à rassurer l’aveuglant et l’aveuglé. La cécité est le confort de l’amour. Notre vie est illusion. La réalité se déguise. Il suffirait d’en déchirer le voile. Il suffirait d’en avoir le courage, l’envie, la volonté…et surtout de ne pas imaginer et échafauder ce que l’on cherche et créer un autre voile encore plus opaque. Plus résistant! Partager la souffrance…d’abord, ne pas faire souffrir soi-même. Mais la souffrance vient souvent du non-accomplissement d’un désir, d’un rêve…alors, doit-on aider à accomplir? La compassion doit-elle aider à renoncer? La souffrance physique serait-elle l’unique objet de la compassion? L’humilité est souvent le masque de celui qui ne veut entreprendre. « …sentiment qui pousse une personne à s’abaisser volontairement…« (Petit Robert) L’humilité est donc un voile qui cache la réalité de l’être. Soyons ce que nous sommes et ne masquons pas notre réalité dans nos actes du quotidien. Ne gaspillons pas notre énergie à composer « une image » de ce que nous ne sommes pas. Ton humilité rassure le dés-œuvré volontaire. Il ne faut pas que l’humilité soit un rempart face au regard réprobateur de l’autre en peine d’efforts.

« Aligner les cerveaux« 

N’oublions pas que l’humain reste, en ses racines, un animal. Il a gardé l’instinct qui le pousse à la reproduction et à la survie. Les cerveaux restent en concurrence et, selon le besoin, l’un ou l’autre prend le dessus. L’atavisme « sécuritaire » des lois des hordes primitives reste le fondement du comportement des civilisations. La guerre en est l’exemple le plus douloureux. Comme l’animal, l’homme protège sa famille, son territoire est ses biens en général jusqu’à la mort. Jusqu’à tuer son alter-ego. L’homo se protège avant de protéger autrui. Il s’aime (?) au travers autrui. Amour est ego-isme. Amour est de formulation humaine et ne peut se concevoir sans le « Grand Tout ». Donc inconnu. Il ne ne appartient plus, à ce niveau, de concevoir, mais de nous laisser « imprégner » en nous abandonnant en état de réceptivité spirituel sans conceptualisation de….?

« Colibri et grands penseurs« 

Chaque matin, une famille de colibris vient égayer notre petit-déjeuner. J’ouvre un livre comme je regarde des colibris. Chaque livre est une rencontre et un plaisir. Il fût un temps ou j’essayais de « retenir », sans doute pour essayer de « briller » en société. Désormais, je ne réponds plus quand quelqu’un m’interroge sur mes lectures. La réceptivité intellectuelle précède et procède la réceptivité spirituelle. La première alimente la seconde…à condition de ne pas vouloir se forger des vérités à partir d’œuvres humaines. Laissons distiller, instiller, imprégner…Tout aliment sera rejeté dans sa quasi totalité par mon organisme, celui-ci ne conservant que l’essentiel. A mon insu. Il en est de même pour tout contact intellectuel ou spirituel.

« La cohérence et la beauté du Tout – Religion« 

Comment parler d’un concept humain qui parle de ce que l’humain ne re-connaît pas? Ici commence, peut-être, une travail collectif (religion?), mais bien plus surement un travail immersif personnel. Le danger de la religion est qu’elle nous gorge de concepts, de dogmes. La religion devrait nous libérer: elle asservit qui veut de la sécurité et de l’espoir. La vie est une prise de risque de chaque instant . Risque de se tromper.

Respect Universel

Voilà, à mon avis, ce qui manque le plus à l’Humanité. Respect des êtres, respect de la création tout entière quelque soit sa forme. C’est pour moi le Grand Défi de l’Humanité. Le pont vers une Humanité « Autre ». Quant à savoir si cette « Autre » sera un progrès???
N’est-il pas de la nature du monde de n’être que chaos?

Au risque de déplaire,

Etienne Lallement – le 4 janvier 2019

11 novembre…

P1420035-002

Aujourd’hui 11 novembre…

Aujourd’hui 11 novembre 2018, je ne célèbre, ni ne chante l’Armistice.

Encore moins une victoire.

Aujourd’hui, je pleure cette part de l’humain qui fait de lui, de nous, de moi des assassins en puissance. Il suffit que l’un dise à l’autre « tue ! » pour que l’autre, que nous, que moi devenions des assassins. Si je n’y prends garde, cet assassin, ce sera moi. Si je me rebelle, je deviendrai, sur ordre, le traître, fustigé, honni par un cheptel conditionné qui deviendra mon bourreau. Pour l’exemple.

11 novembre 1918. Une illusion de paix. Pas la Paix. Armistice n’est que suspension des hostilités.

11 novembre 1918. Celle qui se fait appeler « Humanité » enterre une seule et petite tête de l’hydre.

Elle l’enterre avec ses racines.

Depuis, la guerre est plus que l’affaire de quatre années. Elle s’éternise. Elle se déplace. Elle rampe. Elle explose. Elle ravage. Nulle parcelle de terre n’est à l’abri de la folie guerrière. Celle qui se fait appeler « Humanité » pille et détruit. Se fait complice, donc coupable. La violence revient vers des champs qui se croit désormais épargnés parce qu’il ont, un jours, connu l’horreur et l’honneur, vers des champs funèbres devenus des terres fertiles pour l’ivraie, des terreaux de la haine et de l’asservissement. Dans une presque indifférence qui n’est qu’impuissance.

Elle revient car nous portons en nous une part de cruauté qui résonne et s’éveille au son des clairons. Clairons qui légalise le meurtre. Clairons qui autorise la cruauté. Clairons qui glorifie la mort. Clairons qui réveille en chacun de nous notre part d’ombre, notre part d’enfer.  L’humain n’est qu’une part de l’Être. L’Être est abîme. Un néant où s’engouffrent, aspirés, l’humain et l’inhumain qui se fondent et se confondent.

Le vainqueur érige sa volonté en loi. Le puissant impose sa volonté en « Vérité ».

Vainqueurs et vaincus sont guidés par la peur. L’angoisse mène le monde. L’ignorance est « matrice » de l’angoisse. Le vainqueur impose au vaincu l’ignorance. Le vainqueur ne veut pas connaître, ne rien connaître que sa loi…

L’inconnaissance rassure. L’inconnaissance conforte. L’inconnaissance soumet.

Les vérités, pas plus que « La Vérité », ne sont des dictas, mais une révélation. Une révélation n’est ni un enseignement, ni un conditionnement, mais le lent mûrissement d’un travail personnel. Plus les humains se regroupent, plus ils s’agglomèrent pour ne pas avoir à penser. Plus ils deviennent inhumains, asservis. Ils s’asservissent croyant se libérer. Ils s’asservissent pour gagner du temps. Temps qu’ils s’ingénieront à perdre pour se libérer de l’essentiel. Nous nous asservissons à la distraction, au futile, au dérisoire.

Il nous appartient de choisir entre les plats préparés des faiseurs de « prêt-à-penser » ou prendre le temps de cultiver et cuisiner notre Être avec des condiments que nous aurons choisis sur le marché de l’existence. Comment apprendre à choisir ?

Nous devons cesser de nous unir « pour-ne-pas-penser » ou penser comme la masse. Nous devons cesser de nous unir pour diluer, nier nos responsabilités. Éternel combat du droit et du devoir ou le devoir est souvent vaincu et le droit vainqueur. Revendications !

Démocratie. Illusion de pouvoir. Nous élisons des « chefs »…Des chefs ? Tous le croient. Illusions de l’autorité. Ces chefs ne sont que boucs émissaires, bêtes de somme, taureaux d’holocauste…

La démocratie permet à la masse électrice de désigner pour des raisons inconnues, obscures ou inavouables, dans la douleur ou la joie artificielle d’un soir, permet de désigner des ânes bâtés de ses propres incompétences et incuries. A tout-va et tout propos, la masse bat les flancs de la monture en omettant de battre sa propre coulpe. A une demande de masse, tout un chacun exige une réponse individuelle. Mission impossible.

Ainsi va le monde. Ainsi va notre « petit-monde » qui eût à choisir entre la dictature d’un chef, voire d’un tyran-et-sa-cour et l’illusion de la dictature du prolétariat. Les unes ou les autres ne sont que dictatures. Toutes sont fragiles. Toutes génèrent de l’angoisse. L’angoisse, la violence.

N’y aurait-il de débouchées que violentes ? La violence doit-elle répondre à la violence ? Les révolutions ont démontré qu’elles débouchaient sur d’autres dictatures.

L’angoisse mène le monde. L’ignorance l’asservit.

Pour être Libre, l’Être Humain doit connaître et savoir.

L’Être Humain ne peut se sauver qu’individuellement. Pour se sauver individuellement, l’Être Humain doit être libre ou en voie de libération.

Pour être Libre, l’Etre Humain doit connaître et savoir.

Seul, le bien a besoin d’être défendu par la force. Force, mais non-violence. L’Être Humain se défend, se défendra par la mise sur la voie et la liberté de connaître ce qui il est dans son individualité. Non pas l’image de lui que d’aucun lui impose, mais celle qu’il n’aura de cesse de chercher en lui plutôt que de courir des chimères rassurantes…éphémères.

Que le voile se déchire: Aléthéia

Etienne Lallement – 11 novembre 2018

https://sydrach357.com/2013/08/12/france-inde-naguere/