Entrée en matière, de plain pied (02)

Nous franchissons le portique de l’enceinte grise presque noire. Seul le soleil à son zénith sait tirer quelques lueurs de la pierre sombre érigée en muraille. Nous nous dirigeons vers la droite. Un escalier de rocs taillés nous élève vers un premier temple. Notre guide nous fait enjamber la marche de seuil. Elle est ferrée et cloutée sur toute sa longueur. Péniblement, la lumière du dehors éclaire l’espace réduit. Sur notre droite, une espèce de cellule bardée d’un croisillon métallique enferme quelques statuettes et vestiges lapidaires. Au fond du vestibule, deux femmes prient, collées à une grille identique, un dieu qui semble se cacher dans un recoin. Nous tournons à gauche. Une main me pousse dans le dos et me voilà le premier d’une procession de sept pèlerins.  Sans doute la même main m’écarte sur la droite du couloir. Quatre d’entre-nous se serrent, alignées sur la gauche. Nous nous figeons. Mes yeux s’habituant à la pénombre, je commence à distinguer, dans l’exiguë pièce suivante, une statue à la face noire fleurie de colliers multicolores. De la gauche, surgit un prêtre à la carrure imposante, torse nu, jupe blanche. Le front est blanchi de deux coulées parallèles. Les gestes sont gracieux. Une mélodie imprécatoire s’exhale de sa bouche dont les lèvres bougent à-peine. Il promène dans l’espace, de gestes lents et mesurés, une lampe à huile. La lumière vacillante nous révèle, par parcelles, l’objet de son culte et les rend aussitôt à l’obscurité dévorante du saint-des-saints.  Depuis l’apparition de l’officiant, tous nous avons les mains jointes à hauteur du sternum. Ayant abandonné son fanal, il vient vers nous et nous distribue, à chacun, une touffe d’herbe que nous serrons entre nos mains jointes. Retour aux prières. Il revient bientôt vers nous et verse dans nos mains tendues en coupelles, de l’eau dont nous buvons une gorgée puis aspergeons notre tête et notre face. Retour aux prières. Il revient une dernière fois vers nous et nous remet, encore une fois, de l’herbe que, cette fois, nous mangeons.. Une dernière prière. Nous quittons le boyau des dévotions.

Je demande à notre guide quelques explications sur ce que nous venons de vivre. Il veut nous faire rencontrer l’officiant. Malheureusement ce dernier ne parle ni Français, ni Anglais.Dommage.

Nous sortons dans la cour écrasée du soleil de midi. Face à nous, un homme prie face à une imposante statue qui domine toute la cour. Il finit sa dévotion d’un contournement dextrogyre de la pierre sculptée. Je monte quelques marches et me dirige vers un autre petit temple et y rencontre un prêtre qui me débite, à toute vitesse et en Anglais, les débuts immémoriaux (?) de son culte et de son temple. Sa logorrhée m’échappe quelque peu. Beaucoup même. Mais l’heure n’est pas aux questions: il est 12h30. L’homme se retourne et ferme d’une grosse clef de fer, l’accès de son lieu de culte, tout en me précisant qu’il serait de retour à 16h00. Il espère, sans doute que je l’attende. Peine perdue, la mobilisation de mon chauffeur, de mon guide et de Mamadou ne me permettent pas cette liberté. Je reviendrai.

Depuis, j’ai fait quelques recherches fructueuses, mais il vous faudra patienter quelque peu.

à suivre

http://chennai-temples-avdevan.blogspot.in/

http://divyadesam.com/hindu/temples/chennai/tiruneermaialai-temple.shtml

http://goo.gl/maps/CO3UF

https://maps.google.com/maps?hl=fr&tab=ll

7 réflexions sur “Entrée en matière, de plain pied (02)

      • Je visite à petit pas. Si la lenteur vous sied…

        mahabalipuram(!!!), l’académie de ‘fine arts » de la fondation Kalakshetra (!!!), le jardin de la société Théosophique… immersion indispensable… se laisser phagocyter… laisser agir…
        Nous avons de quoi coucher le visiteur passant

  1. Bonjour qq scorie que j’ai relevé dans ton merveilleux texte sous réserves d’erreurs de ma part

    Nous nous dirigeons vers le droite.(la)

    l’exiguë pièce (l’exiguëe)

    fleurie de colliers (fleuris)

    deux coulée parallèles (coulées)

    vers un autre petit temples (temple)

    Tribises a vous deus Domdur

    Dominique Durand 06 92 52 22 38

    • Merci de l’aide, je corrige…

      mais tu n’es pas exempt de faute: dans la formule « Tribises a vous deus », Deus prend une majuscule pour le moins! Mais pourquoi du latin dans ta formule? Dans l’intimité tu peux continuer à m’appeler Etienne.
      La discrétion est de mise!

      bises et à bientôt

    • Pour ta culture je dois préciser que
      1) « fleurie » s’accorde avec statue… c’est la statue qui est « fleurie »
      2) « exiguë » est le féminin d' »exigu »

      mais surtout continue à me corriger

      dans la réciprocité, je t’embrasse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s