Mer meurtrière, mer nourricière…

La deuxième plage du monde... par la longueur, mais certainement la plus meurtrière.

La deuxième plage du monde… par la longueur, mais certainement la plus meurtrière.

Le titre de deuxième plage du monde après Copacabana peut faire rêver. mais la réalité est bien différente. Des dizaines de milliers de personnes y déferlent chaque jour attirées par la fraîcheur de l’eau et de la relative sensation de liberté qu’engendre les espaces marins.  Le sable cuit la plante des pieds. Sa température au mois de mai, le mois le plus chaud de l’année, dépasse les 50 degrés centigrades.

Alors l’attrait de l’eau est irrésistible, Mais c’est un leurre dangereux, parfois mortel. Un panneau, planté sur le front de mer, rappelle qu’en 2007, plus de 4 personnes par jour sont mortes en cédant aux chants des sirènes.

P1140743

La terrible sommation semble bien souvent ignorée par la jeunesse de Chennai.

Entrer dans l’eau, c’est déjà subir un énorme choc thermique. La pression culturelle, les traditions et la rigueur de la morale obligent à se baigner habillé. Les habits gorgés d’eau entraînent au large et par le fond.

Les habits gorgés d'eau deviennent un lest parfois mortel.

Les habits gorgés d’eau deviennent un lest parfois mortel.

Une partie du front de mer, à l’écart des résidences huppées et des bâtiments officiels, est occupée par la faune des pêcheurs tirant de maigres pitances d’un carnassier golfe du Bengale.  Ici, pas de pêche miraculeuse malgré la proximité de la tombe de l’apôtre Thomas. C’est en risquant leur vie qu’ils survivent au quotidien.

 

 

 

Kérala 01 : Héritage Chinois

– KERALA – FORT KOCHI –

Filet de pêche chinois utilisés ici depuis 1350

Filet de pêche chinois utilisés ici depuis 1350

En 1341, des conditions climatiques calamiteuses formèrent, par la force des eaux, un port naturel. Cela fit l’affaire des colons et des marchands venus du monde entier. Ils firent la fortune de Cochin. Au XVIème siècle, les Portugais édifièrent une forteresse. Fort Kochi fut ensuite occupé par les Hollandais, puis les Anglais. Tous y ont laissé des traces. A l’époque de Marco-Polo, l’amiral chinois Zeng He, sous l’autorité de l’empereur Kubilai Khan, y fit escale en 1350. Son passage y fut suffisamment marquant pour laisser aux autochtones une technique de pêche particulière. La pêche au carrelet y est toujours en activité, sans doute maintenue artificiellement pour son attrait touristique.

Il faut dire que le travail est harassant. Pour quelques roupies, les touristes peuvent jouer au « pêcheur ». L’effort de quelques minutes démontre, à peine, la pénibilité d’un travail peu productif. A chaque remontée, quelques petits poissons peu appétissants s’agitent dans le filet. La pêche, quand elle n’est pas motivée par l’attrait des visiteurs, se pratique essentiellement le nuit, au fanal, la vente se faisant, sur place, dès le petit-matin.