L’Inde malade de son sexisme envers les filles

Etienne s’interroge:

J’ai beau lire et relire les « grands textes » des cultures, des philosophies et des religions Indiennes, mais je n’y trouve que des leçons dont la sagesse et la simplicité auraient dû éclairer depuis longtemps notre Occident si imbu de ses « richesses » et si prompt à vouloir les imposer par tous les moyens… Et pourtant dans les écrits indiens, je cherche la « Femme » ou plus simplement la femme, celle du quotidien, notre alter-ego, le complément indissociable de l’homme. Le Ying-yang ne serait-il, ici, qu’une vue de l’esprit, l’élucubration d’un sage-alibi, un symbole en en trompe-l’œil?
Les mots de Christine Ayagam sont révélateur de la réalité au quotidien de la vie des femmes indiennes. Comment autant de sagesse millénaire peut-elle coexister avec tant de barbarie? Comment un pays qui porte des femmes aux plus hautes fonctions politiques, peut-il encore accepter cet état de fait?
La culture chrétienne a fait reposer sur les épaules des femmes, le « péché originel » et, sous ce prétexte, la déconsidérer et la complexer pendant des siècles. Eve a-t-elle son pendant dans la culture indienne? Quelle faute expient-elles au quotidien?