Parlement de la honte

P1210688

Pavé de 26 cm sur 16 paru dans « The Hindu » en page toutes éditions, politique internationale, le dimanche 16 février 2014. tirage quotidien: 2 800 000 exemplaires en Anglais.

Le premier réflexe est de commenter, lancer la pierre… le deuxième est de se taire et de rêver que l’on puisse ainsi « balayer devant sa porte ».

Traduction :

Cher Monsieur politicien,

pourquoi avez-vous transformé la Maison du Parlement en Maison de la Honte?

Plus de 150 million de jeunes Indiens sont en âge de voter en ce début de 2014 pour le scrutin Lok Sabha. Ayez les réponses qu’ils attendent.

Tiens-toi comme il faut, Inde.

Les jeunes regardent attentivement.

Le scrutin « Lok Sabha » qui va élire les députés et constituer l’Assemblée Nationale Indienne aura lieu entre la mi-avril et début mai en cinq ou six phases et impliquera environ 800 millions d’électeurs.

www.thehindu.com

facebook.com/thehindu

Les p’tites boutiques

Les commerces s'étagent sur 2 ou 3 niveaux

Les commerces s’étagent sur 2 ou 3 niveaux

Créez une voie, une rue, une avenue, une impasse même en Tamil Nadu, et avant qu’un quelconque revêtement vienne viabiliser le passage, les Indiens auront élevé, de part et d’autre,  une muraille de commerces, de petits, très petits commerces. OMR et ses rémiges en est un exemple parmi beaucoup d’autres. Ce phénomène n’est-il lié qu’aux initiatives des Vaishya? Sans doute pas. Le régime des castes qui résistait depuis des millénaires, se fendille fortement déjà depuis un certain temps face aux contraintes économiques.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je ne saurais dénombrer le nombre de boutiques proposant des produits de PVC ou du matériel électrique, marchands de poulets ou de parapharmacie, magasins de prêt-à-porter ou salon de coiffure-massage… et les capharnaüms aux enseignes « fancy » où l’on ne répond jamais « non » à une demande. Tout ce qu’on peut imaginer pour faciliter le « petit quotidien » se trouve ici entassé du sol au plafond. Si par malheur, l’objet de votre convoitise n’est pas là, pas de problème. La réponse du commerçant est invariable: « tomorrow! ». Demain, vous l’aurez à coup sûr. Quant aux prix, ils sont adaptés à un pouvoir d’achat des plus bas.

toujours prêts à aider

toujours prêts à aider

Avec mon ami Marc, nous avons retrouvé avec un immense plaisir, le contact, tout en sympathie, avec le « petit commerçant ». Couper un tuyau de PVC en morceaux de 25 cm, couper des barres d’aluminium à des tailles diverses… Ces services ne sont même pas facturés et le billet glissé à l’employé « découpeur » nous est refusé.

La course effrénée de l’Inde vers l’Occidentalisation ne va-t-elle pas réduire à néant, cette force vive, ce pilier de l’économie indienne? L’Inde pourra-t-elle résister aux attraits du commerce sans conscience et y perdre son âme?

L’Inde malade de son sexisme envers les filles

Etienne s’interroge:

J’ai beau lire et relire les « grands textes » des cultures, des philosophies et des religions Indiennes, mais je n’y trouve que des leçons dont la sagesse et la simplicité auraient dû éclairer depuis longtemps notre Occident si imbu de ses « richesses » et si prompt à vouloir les imposer par tous les moyens… Et pourtant dans les écrits indiens, je cherche la « Femme » ou plus simplement la femme, celle du quotidien, notre alter-ego, le complément indissociable de l’homme. Le Ying-yang ne serait-il, ici, qu’une vue de l’esprit, l’élucubration d’un sage-alibi, un symbole en en trompe-l’œil?
Les mots de Christine Ayagam sont révélateur de la réalité au quotidien de la vie des femmes indiennes. Comment autant de sagesse millénaire peut-elle coexister avec tant de barbarie? Comment un pays qui porte des femmes aux plus hautes fonctions politiques, peut-il encore accepter cet état de fait?
La culture chrétienne a fait reposer sur les épaules des femmes, le « péché originel » et, sous ce prétexte, la déconsidérer et la complexer pendant des siècles. Eve a-t-elle son pendant dans la culture indienne? Quelle faute expient-elles au quotidien?

ACTU INDE

La société indienne réserve un sort particulièrement peu enviable aux femmes. Beaucoup moins nombreuses que les hommes, elles sont discriminées à la maison comme au travail. Et les avortements comme les infanticides deviennent un problème d’ampleur nationale.

Ambika descend de son 4×4 dernier cri, elle remonte ses lunettes de soleil et attrape son petit garçon joufflu de 4 ans, assis derrière avec sa grand-mère. Elle l’embrasse tendrement et l’assoit sur ses genoux pour déguster un fresh lime soda (boisson citronnée) à la terrasse du Taj Hotel à New Delhi. Avoir une fille? «Jamais!», certifie-t-elle tout en caressant les cheveux de son bébé. Pourquoi? «Mais ce serait la plonger dans un enfer dans lequel elle aurait du mal à survivre!», s’exclame-t-elle.

La famille d’Ambika habite Greater Kailash, le quartier des nouveaux riches indiens dans le sud de Delhi. Ici se côtoient médecins, avocats, enseignants d’universités, ingénieurs, tous issus des familles les…

Voir l’article original 1 249 mots de plus

Sorcellerie

La presse écrite indienne est en constante progression de lectorat.

La presse écrite indienne est en constante progression de lectorat.

Je lis depuis deux jours sur mon eBook un livre de 1904 intitulé: « La magie dans l’Inde antique » (édition gratuite Cultura). Point n’est besoin de remonter à l’antiquité pour rencontrer la magie. Ce matin, 26 avril 2013, un article du « Hindu » titre : »Un devin lacéré à mort par un groupe de cinq personnes à Choolai. » [….] Selon la police, [la victime] pratiquait la divination et la sorcellerie. […] Le sorcier est soupçonné par son voisinage d’avoir causé le suicide de deux personnes de son quartier.

Brève 003 – Gros tirage

La presse écrite indienne est en constante progression de lectorat.

La presse écrite indienne est en constante progression de lectorat.

Notre quotidien « Le Hindu » a diffusé ses résultats de lectorat pour 2012 validés par l’IRS

Pour l’Inde entière, il tire chaque jour à                         2 164 000 exemplaires, dont pour l’Inde du sud, 1 821 000 et pour la seule région de Chennai 513 000 exemplaires. Ces chiffres sont en constante progression. Il faut dire que chaque numéro est facturé 5 roupies au lecteur, soit environ  0,07 euro.

Il ne faut pas moins de 17 imprimeries réparties sur le territoire pour en assurer l’impression.

http://www.thehindu.com/

Guides et presse indienne

Chaque matin, nous recevons "The Hindu" sur notre paillasson.

Chaque matin, nous recevons « The Hindu » sur notre paillasson.

Nous avons avec nous 3 guides pour nous accompagner dans notre séjour: Le Routard -Inde du Sud et le Petit Futé – Inde du Sud pour les bonnes adresses et système « D » et le « Inde » de chez Hachette pour la documentation. C’est grâce à eux que nous avons commencé notre exploration, mais nos amis indiens viennent de plus en plus diriger nos regards sur leur pays.

Nous sommes abonnés à l’édition régionale d’un quotidien: « The Hindu ». Un journal de 30 pages avec, chaque jour, 2 ou 3 suppléments thématiques. La presse peut rendre jaloux tous ses confrères autour du monde.

« Incroyable presse indienne – La presse (papier)s’effondre dans le monde entier. En Inde, elle affiche une santé insolente.Avec plus de 60 000 titres vivants, elle est diffusée en une vingtaine de langues locales. Chaque jour, The Time of India vend 13 millions d’exemplaires dans un foutoir inouï. Quelques secrets: un prix de ventetrès faible (moins de 5 centimes d’euro, une vrai liberté par rapport au pouvoir… Extrait du guide « Le Routard: Inde du Sud 2013 » page 113. Notre Hindu affiche le prix de 3 roupies y compris les suppléments, c’est à dire actuellement 4 centimes d’euro!