Un maître charpentier tue son fils…

P1190945

Il était une fois…

Une légende du Kerala raconte l’histoire du pieux et respecté Perumthachan, le maître charpentier. Excellent dans son art, il est devenu maître dans tous les arts de la construction. Le bois,  la pierre n’ont pas de secret pour lui. Tous les princes l’appellent, qui pour construire un palais, qui pour construire un temple, qui pour sculpter la statue d’un dieu.

Il enseigne son art à son fils qui bientôt devient plus habile et surpasse son père. Celui-là tombe amoureux d’une princesse, mais cette fille et aussi sa demi-sœur, fruit d’une relation ancienne de son père et de la reine.

Pour éviter de révéler le secret, le père sur le chantier tue le fils d’un coup de ciseau.

Porté par la tradition orale, ce poème monologue dramatique, connaît maintes péripéties, motivations ou morales différentes mais se termine toujours par le meurtre du fils par le père.

L’architecture traditionnelle du Kerala est réputés être l’invention, la création de Perumthachan.

Vembanad house est une ancienne ferme transformée par les héritiers en maison d’hôte. Lieu retiré du monde, idéal pour le repos et la méditation.

http://www.tripadvisor.fr/Hotel_Review-g608471-d1192831-Reviews-Vembanad_House-Alappuzha_Kerala.html

Kerala 04 : Perdre la tête

Fort Kochi. Près de la synagogue.

P1190475

J’écarte quelques vieux journaux souillés. Un regard goguenard, mais noyé de tristesse me fixe. Qui a déposé contre la margelle de ce puits, sur ce parking sauvage, ce visage buriné et dans quelle intention. L’histoire de ce faciès doit être bien longue et les lèvres closes semblent avoir beaucoup à dire. Beaucoup à raconter. Raconter une histoire, raconter son histoire. Celle d’une pierre arrachée à la montagne et soumise au burin du tailleur de pierres. De cette pierre brute, l’artiste a tiré ce masque. Avait-il sous le maillet de sa naissance ce même regard désespéré qui semble nous dire, telle une épitaphe, semble nous répéter : « j’ai été ce que vous êtes, vous serez ce que je suis. ».

Mais je rêve que cette tête ennoblissait un bas-relief voué à la destruction et que la main qui levait l’outil sacrilège du démolisseur fut retenue par son maître vaincu par ce regard profond, ce regard d’humanité. Ce regard désespéré.

Un miracle de pierre: Mahäbalipuram

Depuis notre arrivée au Tamil Nadu, cela a été notre premier éblouissement tant le travail de l’homme à magnifier la pierre atteint ici des sommets.

Ici tout est pierre et sur cette pierre a été construit un royaume. La pierre sous le maillet et le ciseau, et surtout sous le talent, raconte un histoire au plus grand des lettrés autant qu’aux plus humbles, aux esprits lus plus simples qui ne savent ni lire ni écrire. Ce livre de granit et parfois de marbre, buriné aux VIIéme  et VIIIème siècles, nous conte l’histoire des rois, des guerriers, des commerçants, des mendiants. Nous conte l’histoire des fous, nous conte l’histoire des sages. Nous conte l’histoire des dieux. Cette mémoire de roc par son chant lapidaire célèbre les rapports de l’Homme et de l’Univers.

Ici rien n’est rapporté. Même les sculptures internes des temples sont taillées directement dans le roc.

pour en savoir plus: http://whc.unesco.org/fr/list/249/