British Airways enverra son Dreamliner à Chennai

air-journal_british-airways-787
Publié le 27 février 2014 à 09h00 par François Duclos
dans Air Journal

La compagnie aérienne British Airways déploiera à l’automne un Boeing 787-8 entre Londres et Chennai en Inde, la huitième destination de son Dreamliner.

A partir du 26 octobre 2014, la compagnie nationale britannique remplacera l’habituel 777 par un Dreamliner sur la route reliant l’aéroport de Londres-Heathrow à Chennai, ajoutant dans le même temps une septième rotation hebdomadaire le mercredi. Le 787 décollera alors tous les jours à 9h30 pour arriver le lendemain à 0h55, et repartira d’Inde à 4h00 pour se poser à 9h35. British Airways est sans concurrence sur cette route directe, Air India et Jet Airways ne desservant Londres que depuis Delhi et Mumbai.

La compagnie de l’alliance Oneworld, mariée à Iberia au sein du groupe IAG, porte ainsi à huit le nombre de destinations de son 787-8, configuré pour accueillir 35 passagers en Affaires, 25 en Premium et 154 en Economie. Il s’envole déjà vers Newark et Toronto, et atterrira à Austin au Texas le 3 mars, Hyderabad en Inde le 30 mars, Chengdu en Chine le 5 mai, Philadelphie aux Etats-Unis le 5 juin, et Calgary au Canada le 5 juillet.

British Airways doit recevoir cette année 20 nouveaux avions, dont les quatre derniers 787-8 (elle en a déjà 4, et attend 22 787-9 plus douze 787-10) et cinq Airbus A380 (cinq déjà en service sur 12 commandés). Rappelons qu’elle est la deuxième compagnie au monde à mettre en service les deux avions, juste derrière China Southern Airlines.

en savoir plus : http://www.air-journal.fr/

Inde : Les villes, moteur du développement

Un regard éclairé sur l’Inde d’aujourd’hui

ACTU INDE

Sur le toit d’un immeuble délabré de Connaught Place, à New Delhi, dans un nuage de pollution, les bruits de klaxons retentissent alors que les pigeons volent, indifférents au vacarme. Vikash, un architecte indien contemple la ville : « Saviez-vous que la capitale indienne, Delhi, était autrefois une jungle ? Il y a 400 ans, les tigres s’y promenaient ; la faune et la flore y étaient riches et denses. Aujourd’hui, la ville est comme le moteur d’une voiture malade qui enfume tout sur son passage. La population est plus nombreuse et tout est à faire, à construire et à reconstruire, à planifier et à entreprendre, la ville est un chantier permanent… »

Dans près d’une décennie, 35% de la population indienne sera urbaine. Une évolution inévitable qui se traduit par un exode rural de masse vers les villes, toujours plus saturées. Le gouvernement indien estime que la population urbaine…

Voir l’article original 2 593 mots de plus

Pourquoi nous sommes à Chennai?

La société Maerk-line, le premier transporteur mondial par conteneurs, a décidé de réunir sa logistique en un seul pays. Ainsi, plusieurs centaines de collaborateurs des 5 Continents ont été rassemblés en Inde et répartis sur 3 pôles: Mumbay (ex Bombay), Pune et Chennai (ex Madras).

Pour la compagnie, les avantages ne sont pas négligeables. Désormais, tous les services sont sous une même direction, dans un même fuseau horaire. Les responsabilités ne sont plus diluées, mais concentrées en moins de personnels. Ici l’on travaille 45 heures par semaines sans rechigner, mais il faut le dire dans un rythme anglo-saxon, histoire oblige. La masse salariale, à responsabilité égale est divisée par quatre. Internet et les nouveaux vecteurs de communication sont passés par là est désormais une partie très importante du travail peut s’effectuer à (très) longues distances et seuls les commerciaux resteront, à terme, au contact direct avec la clientèle.L’Inde est la puissance émergente qui offre le plus de liberté aux entreprises et celle-ci ne s’en privent pas. Pas plus tard qu’hier, on me donnait le chiffre de 85 entreprises françaises implantées à Chennai. Selon l’économiste John-Kenneth Galbraith, « l’Inde est une anarchie qui fonctionne » (Le Routard).

J’aurai l’occasion de revenir sur les facettes sociales, religieuses et économiques de l’Inde, pays en plein choc interne de civilisations où le Moyen-âge affronte au quotidien un XXIéme siècle qui s’occidentalise un peu plus chaque jour.

La victoire par KO de l’un ou de l’autre condamnerait l’Inde à brève échéance. L’économie tirera l’Inde de la misère. La spiritualité l’épargnera du chaos matérialiste.

à suivre…

OMR

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les vingt premiers jours, nous avons résidé à l’hôtel « Fortune », le temps de trouver un appartement, l’équiper et le meubler. Notre logement provisoire n’est qu’à quatre kilomètres, à peine, de Maersk Gobal Services, l’entreprise de Béa.

Dès son premier jour de travail, je décide d’aller la rejoindre à pieds. Pour cela, il suffit d’emprunter une seule route. Mais quelle route! La Rajiv Gandhi Salai, plus connue sous les initiales « OMR » pour Old Mahabalipuram Road. Il y a 6 ans, lors de son premier séjours ici, Béatrice avait pu constater une route non carrossée, défoncée dont les bas côtés voyaient germer quelques rares immeubles modernes. Les tentacules du Chennai de 2013 ont désormais une emprise totale sur le paysage.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

OMR est une route rapide à deux voies. Séparé d’un muret central et de deux murets latéraux, cette « Express Way » est péniblement limitée en vitesse par des panneaux affichant « 40 ». A quarante miles à l’heure, la limite est déjà dépassée, mais il faut se rendre à l’évidence, ce sont des kilomètres heure. Ici, système métriques et mesures anglaises cohabitent et l’on passe de l’un à l’autre. Il y a peu, mon ami Marc voulant acheter un étendoir à linge, s’est entendu expliquer qu’il disposait de quinze mètres de corde sur un appareil de trois pieds de haut.

Le peuple de la voie.

 

Mais pour ce premier jour, plus que la circulation tonitruante et klaxonnante, c’est le peuple de la rue qui retient mon attention.Toutes les femmes se parent de tenues traditionnelles qui fleurissent de leurs couleurs chatoyantes la terne chaussée poussiéreuse. L’homme, pour sa part, a adopté une tenue occidentale, chemise claire et pantalon sombre. Quelques anciens s’accrochent encore à des tenues millénaires. Beaucoup vont pieds-nus.    Par respect des coutumes, la femme s’éclaire de tenues traditionnelles. L’homme rêve d’Occident en adoptant l’uniforme terne des pays encore riches. D’ailleurs, les entreprises les y encouragent en imposant cet habit monotone.

Cette voie mérite, ô combien, le titre d' »artère ». Il s’y insuffle et s’y coule en direction du coeur de ville, un peuple à la peau sombre pour enrichir de vitalité cette mégapole de bientôt dix millions d’habitants.

La voie.

OMR est une deux fois trois, voire deux fois quatre voies. C’est selon. Selon l’endroit, enserrées de murs de béton qui devraient endiguer une marée mécanique où s’agitent, s’agglutinent ou se dispersent des milliers de deux, trois ou quatre roues. Motos, autos, camions, autobus et les fameux rickshaws, poux jaunes de la route qui peuvent vous emmener partout, même à contresens de la circulation. Dans tous les sens, quelques bovidés broutent le macadam ou tirent d’antiques charrettes. Dans les murs de bétons, quelques échancrures permettent de faire demi tour, de changer de voie, de repartir à sens ou contresens sur des latérales mi-routes, mi trottoirs où règne ou folle anarchie. Un trottoir ou se meut, plus ou moins vite, tout ce qui peut se mouvoir, vivant ou mécanique. Cette troisième voie se pare parfois de pavés auto-bloquants devant des immeubles récent ou explose en parcours du combattant, terrain défoncé rempli d’obstacles divers où se tordent les chevilles et où baillent par dizaines les gueules des égouts sans couvercle qui pourraient nous engloutir à chaque pas dans un cloaque deux ou trois mètres plus bas, si l’on n’y prend pas garde.

Désormais, cette voie est désormais la nôtre: c’est sur sa rive que nous habiterons deux ou trois ans.

Chennai, nouvelle destination business pour Westin

Accueil
26/02/2013]
Le groupe Starwood a inauguré récemment un nouvel hôtel dédié au voyage d’affaires à Chennai, devenant la sixième adresse Westin en Inde.
DR
DR

La ville de Chennai s’impose comme une destination d’affaires de premier rang sur le territoire indien. Alors que Air Asia et Tata prévoient d’en faire le hub de leur future compagnie low-cost, le groupe Starwood a lui inauguré un nouvel établissement Westin, totalisant 215 chambres. L’inauguration de l’hôtel Westin Chennai Velachery doit être suivie de sept autres nouveaux hôtels Westion en Inde cette année.

http://www.voyages-d-affaires.com/deplacements-professionnels/hotellerie/chennai-nouvelle-destination-business-westin-7643 

L’Inde à petits bonds (3)

« Early in the morning », nous décollons avec une heure de retard. Il a fallu subir une nouvelle séance de dégivrage. Malgré cela, nous toucherons le sol indien à l’heure précise prévue, soit 1 heure du matin après un vol sans histoire. Il fait 20°C.

Premier contact. Le contrôle des passeports et visas est effectué par une fonctionnaire en sari qui, pour simplifier sa communication verbale et garder un faciès de douanier scrupuleux, nous salue au moyen d’un petit écriteau où l’on peut lire : « Namaskar ». Cette formule de politesse peut se traduire par :  » Je salue en vous une enveloppe du divin ». Elle ne sourit pourtant pas, tamponne et découpe. Vingt mètres plus loin, nous sommes contrôlés pour savoir si nous avons été contrôlé. Le second contrôleur, nous prend une déchirure de papier qui nous a été remise par le premier contrôleur. Un escalator descendant (descendator ?), nous aspire. A moins de dix mètres de sa base, un portique et un tunnel avec tapis roulant pour contrôler les effets personnels. Imaginez un escalier mécanique de 80 centimètres de large qui absorbe en même temps les passagers de trois longs-courriers et les dégueule imperturbablement et d’un flot régulier vers le boyau aux rayons X! On se bouscule, on s’écrase, on crie, on titube, on étouffe. On a des intimités avec des gens à qui l’on a même pas été présenté. « Pardon Madame ». Enfin on arrive face à la gueule du monstre. A ses côtés trône un personnage qui n’aurait pas défiguré un film de Pagnol. L’uniforme accuse déjà quelques heures de travail. L’homme accuse aussi. Il se balance nerveusement sur les deux pieds arrières de sa chaise de fonction, éructant des consignes que personne ne comprend. Heureusement, il est polyglotte des mains. L’expression est dans le geste. Un doigt pointé vers moi dans un geste spiralé combinant les contraires, me fait comprendre que je peux garder le manteau que j’avais déjà retiré. Nous récupérons le gros de nos bagages sur les tapis roulants. Dernier contrôle. Nous sommes repoussés: nous n’avons pas rempli, ni signé, le talon qui prouve que le second contrôleur a bien récupéré le talon prouvant que le premier contrôleur à bien fait son travail! Taxi vers l’hôtel. Nous roulons dans ce qui nous parait-être, dans la lueur des phares, une autoroute. Le lendemain nous prouvera que non. Un Péage néanmoins. Une effluve nauséabonde et moite envahit l’habitacle climatisé à l’excès.

Nous atteignons l’hôtel Fortune. Difficile de dormir. Il est 19h30. Il est 22h00 au Havre.

Economie: Jet Airways se recentre sur quatre destinations au départ de Bruxelles Zaventem

jet-airways-reproPUBLIÉ LE 29/11/2012 – Par La Voix Du Nord

| TRANSPORT AÉRIEN |La crise et la dévaluation de la roupie auront eu raison de deux des lignes opérées depuis l’aéroport de Bruxelles Zaventem par la compagnie Jet Airways. Ainsi, les vols directs vers Chennai (anciennement Madras) et New York JFK, ouverts en 2007 lors de l’arrivée de la compagnie privée indienne à Bruxelles, ont été supprimés le mois dernier.

«Avec la situation économique difficile, nous avons préféré nous recentrer sur nos quatre autres lignes», souligne Amélia Alves, directeur des ventes loisirs. Jet Airways continuera donc à desservir chaque jour Mumbai (Bombay), New Delhi, Toronto et Newark (plus ancien aéroport de New York).

«La clientèle de la région est importante pour nous car nos départs directs de Bruxelles, c’est-à-dire sans préacheminement en train ou en avion de Paris, Lyon, Marseille ou Toulouse,  représentent 28 % de nos ventes France. Et là-dessus, un tiers des ventes se fait dans le Nord», précise Amélia Alvès.

Jet Airways, qui dessert 52 destinations en Inde, avec de nombreuses connexions au départ de Mumbai et New Delhi, se positionne plus que jamais comme une compagnie haut de gamme. Repas supervisés par un chef doublement étoilé, sièges ergonomiques, classe affaire Première revue (avec notamment un vrai lit et un système de massage !) et même huit suites privatives, le confort des passagers se veut particulièrement soigné.

A.T.

En agence de voyages et sur www.jetairways.com